entete
Accueil
S'inscrire à
la lettre de l'Epco

Agenda
Enseignements
Bibliothèque
L'Ecole Psychanalytique
du Centre-Ouest
L'Association Lacanienne
Internationale
Publications
Liens Divers
Espace Membres
ligner

Des membres de l'Epco ont participé

Celibataire
Parution de
la revue La Célibataire
intitulé  « Une journée entière avec James Joyce » coordonné par A.Harly.
Ce numéro est construit à partir des journées organisées par l’ EPCO en mars 2013 , et d’autres contributions


 
Aux éditions de l'Epco
Du Trinitaire en ses nouages
Sous la direction d'Alain Harly
Trinitaired

P-C Cathelineau, V Ciomos, M Darmon, A Fouquet Guillot, H Frignet, N Hamad, A Harly, C Imbert, H Lazar, J.J Lepitre, P Magnard, C Melman, M Milhau, H Ricard, M Robin, C Savinaud
Comme par hasard
Sous la direction d'Alain Harly
commepar 
A Harly, J-L Chassaing, P Arel, J Brini, H Cesbron Lavau, A Cardon, A Fouquet Guillot, H Sugier, J-L Villessuzanne, M Robin, C Lacôte, A-A Houbballah, B Vandermersch, J-J Lepitre, S Thibierge,

Aux Editions de l'ALI
Variations sur la jouissance musicale
Sous la direction d'Alain Harly
variations

C Dorgeuille, J-J Duparc, J-J Lepitre, M Robin, M Levinas, E Sprogis, M-G Dorgeuille, M-C Salomon Clisson, F Nicolas, H Ricard, F Dachet, O Douville, V Hasenbalg Corabianu, M Morali, C Pont, J-M Vives, J-J Rassial, L Petit, M-C Cadeau

Aux Editions ERES
  Désir et responsabilité de l'analyste

Sous la direction de Jean-Pierre Lebrun
Desir et responsabilité

P Belot Fourcade, M Bergès Bounes, J-L Cacciali, J-L Chassaing, R Chemama, C Dubois, M-C  Forest, J-M Forget, E Gavel Marcouiller, J-P Hiltenbran, A Joos, C Josso Faurite, M Lerude, J Marchioni Eppe, S Mendelsohn, M Morali, A Oldenhove Calberg, R Pirard, T Roth, J-L de Saint Just, L Sciara, J-J Tyszler.


Publication de l’ouvrage sous la direction de  Claude Savinaud : Le propre de l’ humain, ed. l’ Harmattan, 2013.
Journées Joyce , Monique Dorsel

Le 23 Mars 2013 nous avons eu la chance d'entendre l'interprétation du monologue de Molly Bloom par Monique Dorsel. Avec son accord nous en diffusons l'enregistrement.
monique dorsel

Ecouter
Cliquer pour écouter, clic droit enregistrer

Conférence de Gerard Pommier

Poitiers

7 Fevrier

L'Ecole Psychanalytique du Centre-Ouest

organise une conférence-débat  le  samedi 7 février 2015 à 14 heures 30

à la salle de conférence du Centre Hospitalier Henri Laborit à Poitiers.

Le nom propre

Fonctions logiques et inconscientes

Avec Gérard Pommier

Le conférencier est psychanalyste à Paris, psychiatre et professeur émérite des universités, membre d’Espace Analytique. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont D’une logique de la psychose (Point Hors Ligne 1983), Naissance et renaissance de l’écriture ( PUF 1993), Que veut dire faire l’amour ? (Flammarion 2010) et de Le nom propre, fonctions logiques et inconscientes (PUF 2013).

Présidence : Josseline Touchard, psychiatre, psychanalyste, membre ALI-EPCO
Discutants : Marie-Christine Forest, psychanalyste, membre ALI-EPCO
                    Jean-Jacques Lepitre, psychanalyste, membre de l’ALI-EPCO

            Le nom propre, question linguistique majeure, a acquis le statut de problème philosophique depuis Bertrand Russell. Rien de plus vivant que le nom propre en dépit de ses allures d’indicateur rigide ( Kripke). Ce dont atteste son historique selon les trois sous-ensembles du prénom, du surnom et du nom de famille, qu’il soit matrilinéaire ou patrilinéaire. Le nom propre en tire sa fonction symbolique et la psychanalyse apporte sa contribution à la  « logique des noms propres ».

             La vie inconsciente du nom propre apparait dans ses différentes fonctions, qu’elles soient identificatoires ou érotiques ou qu’elles s’imposent comme une condition de la conscience, à titre d’embrayeur de la parole.

             Les identifications au nom et celle au symptôme tombent à l’aplomb l’une de l’autre mais elles sont à certains égard antinomiques : la première est consciente, contrairement à la seconde. L’endroit de l’identification au nom propre se visse sur son envers à l’identification au symptôme, qui fonctionne comme une base de repli.

             Le rôle du nom propre concerne enfin la psychopathologie, qu’il s’agisse de l’amnésie ordinaire du nom ou de sa forclusion dans les psychoses, et, au-delà, il intéresse aussi la problématique de l’écriture.

 

Participation aux frais pour la conférence : 10 Euros, 5 Euros pour les étudiants.
L'Ecole Psychanalytique du Centre Ouest
     B.P. 70 406      86010 Poitiers Cedex  Site Internet: http://www.ecolpsy-co.com

                                                                    
Charlie
Charlie

Musulmans = Juifs = Chrétiens = Athées.

Nous sommes différents. Nous sommes ensemble. Nous sommes français. Nous sommes humains.

 
Il n'y a pas d'Un. Cette illusion qui rassemblerait autour d'elle dans le rejet de la différence. Chacun a sa singularité, chacun sa différence, c'est le propre de l'humain. Illusion du Un, et quel que soit le nom qu'on lui donne, divin, idéologique, politique, etc. Ce Un qui rejette l'autre. Ce n'est pas un fait religieux. Ce que proposent les religions, et toute idéologie humaine digne de ce nom, laïque ou pas, c'est une transcendance, un idéal, au delà de la contingence matérielle de chacun, un espoir.

Tout être humain a inscrit en lui cette nécessité d'idéal. Etre attentifs à ne pas la laisser être travestie des oripeaux de ce Un totalitaire, que les déguisements en soient laïcs ou religieux, politiques ou marchands.

Un = pensée unique, visage unique, vérité unique...

Onze Janvier. La force et l'éclat de ce formidable rassemblement est l'affirmation d'un être ensemble avec nos différences. Avec, pas malgré, pas au delà. Avec.

Et contre l'intolérance. Pour la liberté. Qu'on aime ou pas, qu'on ait aimé ou pas, qu’on soit d’accord ou pas, avec les dessins de Charlie, leur mérite restera de dresser l'humour contre l'intolérance, pour la liberté d'expression, même maladroitement.

Dix sept sont morts, dix sept de toutes les couleurs qui aujourd'hui composent notre arc en ciel: femmes, hommes, blancs, noirs, juifs, musulmans, athées, chrétiens, civils, policiers. Tous sont morts, assassinés par une haine aveugle née d'un embrigadement réducteur, d'un lavage de cerveau où une vérité Une ne peut pas en supporter d'autres. Fascisme.

L'expérience de la cure analytique, expérience justement éminemment singulière, nous apprend que c'est au creux même où chacun a son histoire originale, ses origines particulières, qu'il est marqué par un discours et des signifiants à nuls autres pareils, que s'éprouve l'humaine condition, celle de tout un chacun. Tous avons une histoire, des origines, tous sommes soumis aux signifiants, etc...  Tous différents. Tous semblables.

Etre attentifs. D'aucuns vont retrouver l'ornière. Les vérités uniques, les oppositions des différences, non leur acceptations.. Etre attentifs.

J.J.L 12/01/15


De l'art et du cochon. .

Banalité usée du jeu de mots.

Ambiguïté résonnant en écho du discours contemporain. L'art, ce qu'il dit, surtout ce qu'il en est dit. L'art actuel. Le discours contemporain et usé...

Deux événements en illustration de cette ambiguïté qui vire à l'opacité, à la confusion.

Place Vendôme, l'installation, désinstallation du plug, arbre, de Paul Mac Arthy.

Musée d'Orsay, l'exposition Sade. « Attaquer le soleil ».

Et pour chacun, de façon étrangement semblable, son mini scandale préalable venant peut-être bien occulter des questions plus authentiques.

Deux événements récents, Novembre 2014, Paris.



Lire la suite