entete
Accueil
S'inscrire à
la lettre de l'Epco

Agenda
Enseignements
Bibliothèque
L'Ecole Psychanalytique
du Centre-Ouest
L'Association Lacanienne
Internationale
Publications
Liens Divers
Espace Membres
ligner
CREANCE ;. CROYANCE (Mary Le Caïnec)


A propos de " Structure et Clinique de la croyance " c'est la question de la créance que je veux poser, à partir de ces deux mots sur lesquels je me suis arrêtée et qui font le titre de ce travail, c'est à dire la croyance en tant qu'obligation et l'obligation de croire où se trouve un parlêtre.
Créance et Croyance sont des doublets, deux prononciations différentes du même mot qui désigne à la fois le fait de croire et la chose en laquelle on croit.
Créance est la forme la plus ancienne, utilisée au temps de Descartes et par lui même :
" J'ai reçu en ma créance, depuis mon plus jeune age, quantités de fausses opinions pour véritables "
Si "je crois" a totalement remplacé l'ancienne forme verbale "je cres, je crais", la forme ancienne du substantif "créance" reste utilisée de nos jours dans le champ juridique.
Le terme Créance désigne " le droit d'exiger l'accomplissement d'une obligation ". au nombre de ces obligations figure en bonne place la dette dont on a le devoir de s'acquitter.
Les lettres de créances d'un diplomate sont elles aussi des propositions qui demandent acceptation pour établir un pacte avec l'autre dans lequel on croit, on croit en sa parole, on croit qu'il tiendra parole.
Le mot Croyance nous mène vers un champ qui est celui de la conception du monde, des idées, des convictions et des savoirs concernant toutes choses, et pas seulement dans le domaine métaphysique ou eschatologique.
Croire c'est tenir ou admettre qu'une chose existe ou qu'une proposition ou un énoncé est vrai.
Dans le rapprochement de ces deux mots qui paraissent aujourd'hui éloignés, ce sont quelques questions, peut être banales, qui me viennent par rapport à une clinique "sociale" aussi bien que notre clinique.
Ma première question est celle de l'obligation (créance) - que le sujet soit obligé ou qu'il se considère obligé de croire - et de la place ou de l'instance à l'égard de laquelle il se trouve engagé.
Vient ensuite cette question posée dans l'analyse de l'importance que la croyance a effectivement pour l'être humain, dans quelque chose qui serait une nécessité ; pourrions nous ne pas croire ?
Et dans l'analyse aussi on peut poser cette question de ce qui fait que tel sujet croit ou ne croit pas ;. que telle chose existe ou que tel énoncé est vrai.
Qu'est ce que cela vient dire sur lui, sur son désir ?
Mais aussi dans quoi un sujet est il pris, en quelle place est il mis ?

Freud s'est intéressé à cette circonstance où, pour dire qu'une chose existe ou qu'un fait est vrai, un sujet affronte déjà le problème de sa propre perception .
Le " Je n'en crois pas mes yeux " n'est pas une formule vaine.
Et il reprend cette question, de ce qui fait que le sujet accepte de croire sa propre perception, qu'il peut considérer comme " vraie " , ou en douter, dans la crainte de sa propre illusion ou erreur. Mais aussi bien l'hallucination le sujet peut y croire;
Lacan évoque dans le Séminaire XI " Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse " la démarche cartésienne et le doute méthodique dans cette formule "De ce que je doute, je suis assuré de penser ".
Depuis sa naissance la philosophie a repris le débat sur la vérité et la réalité et reposé au cours des siècles le problème de la croyance, dans la suspicion ou la condamnation parfois, visant à la fois son objet : croire quoi - cette chose existe ou cet énoncé est vrai - et celui dont émane l'énoncé : - croire celui là qui me dit cette chose - et aussi ce fait même : croire.
Pour Platon, il ne faut pas croire en la Doxa, opinion du vulgaire ou de la masse, mais il faut rechercher la Vérité auprès d'hommes sages et éminents.
Pour Hume, il serait permis de croire à des faits et assertions, pourvu qu'ils puissent paraître vraisemblables ou probables.
Pour Kant l'opposition est fondamentale entre le caractère subjectif de la croyance et le caractère objectif du savoir.
Descartes, lui, pose la nécessité du doute et d'un jugement critique qui éviterait toute erreur.
Mais bien sûr, nous croyons depuis notre plus jeune age, comme Descartes, en toutes sortes de choses ;.. même les plus incroyables .. ; parce qu'on nous l'a dit ... ;.. c'est notre situation humaine universelle ...

Dans notre clinique ce mot peut venir de façon inattendue, et je me rappelle cet homme jeune qui venait pour une demande d'analyse ... Ce furent ses premiers mots " Je suis croyant " et c'est la relation à son père qu'il viendra interroger ...
Certains patients emploient le mot croire ou croyance là où on pourrait attendre le mot penser ou idée. " Je n'ai pas les mêmes croyances que les autres, je ne peux pas le dire, je n'ose pas parler ... Je me sens coupable, j'ai peur qu'on me punisse " disait un patient.
" Ce ne sont pas mes croyances " disait curieusement cette femme qui souffrait de croire aux discours et idées de sa mère.
Et c'est bien un paradoxe de la croyance pour le sujet humain divisé, qu'à la fois elle est partie obligatoire de son rapport à l'autre et de sa pensée propre, et que cette obligation, créance, posera problème, symptôme lié au fait du langage.
Le schéma L ( Séminaire sur la Lettre volée, dans Les Ecrits) m'a semblé utile pour articuler et analyser ce paradoxe de la croyance.
Dans le schéma L, Lacan dispose le circuit de la parole et du signifiant par rapport au Symbolique et à l'Imaginaire qui se croisent.
L'inconscient est sur l'axe symbolique.
Il apparait bien que dans la réalité de l'échange langagier, le sujet se trouve face à ces deux points - A et a' - A désignant le trésor des signifiants et a' le semblable.
Comment ces deux points se distinguent-ils ou se confondent-ils ?

L'être humain - parlêtre - se trouve dès sa naissance immergé dans un bain de langage.
C'est à travers les paroles de l'autre, la mère en premier en place de grand Autre, et de ceux qui parlent autour de lui que le petit humain, dès son plus jeune age en effet, va acquérir l'usage des signifiants et les premiers éléments d'un savoir sur le monde, sur la vie, sur le social qui l'entoure et où il peut s'inclure.
Cet autre, semblable, intervient dans une transmission, un héritage et dans un transfert d'amour ou d'autorité ; et le petit humain est obligé de croire.

Ce processus est souvent relancé par les questions de l'enfant ; et sera dès le départ une réponse à son angoisse devant l'inconnu, on lui donne quelques repères et une base essentielle pour la constitution d'un certain nombre de savoirs, de sa pensée à venir.
L'enfant est obligé de croire par son attente propre, bien sûr, mais aussi il est obligé de croire par l'attente de l'autre ; ne pas croire pose problème.
Et je me souviens d'un père fort inquiet et désemparé " Je lui dis, il me regarde droit dans les yeux, mais il ne me croit pas . "

Et bien après ce temps de l'enfance, cela reste le contrat de la parole : celui qui parle demande que l'on croie en sa parole, qu'on croie en lui, et cela même si sa parole est mensongère : il la dit pour qu'on la croie.
Nous avons tous cru au père Noël et cela participe de notre univers culturel.
Croire ou ne pas croire cette parole de l'autre situe le sujet par rapport à l'autre.
La question de la tromperie de l'autre, ou de son erreur, vient redoubler la question du sujet sur sa propre perception, ou la fera oublier : on s'en remet à l'autre, l'erreur est la sienne.

Dans la clinique de l'adolescence, le problème de la croyance est un des éléments qui recèle une grande violence, dans ce conflit entre les parents qui désirent que l'enfant garde ce lien des pensées et idées communes, et l'enfant qui a grandi et ne croit plus en eux comme avant.
L'adolescent rencontre d'autres figures, d'autres discours dans lesquels il peut désirer croire ou se trouver pris, attiré, séduit.
C'est aussi un moment critique que ce temps où il va se détacher de ce qui faisait vérité pour l'enfant, les valeurs en lesquelles il croyait, valeurs héritées de ses parents, dont il veut se séparer.

Le problème de la croyance dans l'histoire humaine est bien sûr marqué par ce fait toujours existant que la croyance peut être une obligation - créance - à l'égard de l'autre, d'un pouvoir qui se donne le droit d'y contraindre un sujet.
Croire l'autre ou croire comme l'autre est devoir d'obéissance, ne pas croire , ne pas accepter une opinion comme vraie pour soi même - et pas seulement sur le plan religieux, mais aussi bien sur le plan des théories scientifiques ou d'autres domaines de la vie d'un groupe - peut ainsi devenir une faute inacceptable, crime de lèse majesté, un crime puni de prison - privation de liberté - de bannissement ou de mort.

Croire ou ne pas croire comme l'autre fera lien ou conflit dans un groupe familial ou social, et entre des groupes différents.
Et j'avais été d'abord surprise, puis fort intéressée par la démarche d'un patient né en Inde, hindouiste, qui s'était converti à la religion musulmane alors qu'il émigrait vers un pays d'Afrique, et se faisait baptiser avec sa famille au moment où il venait en France, ce qui pour lui semblait exprimer un désir de créer un lien, en se ralliant à la croyance de l'autre

On voit plus souvent au contraire, les croyances des autres condamnées, dévalorisées ...par ceux qui n'y croient pas ... précisément parce que ce sont les croyances des autres ou des autres peuples.
On n'y croit pas parce qu'on croit à d'autres valeurs comme vérités.
Et bien sûr tout ne se vaut pas, mais l'histoire des hommes est faite de ces conflits.
Préjugé ou progrès, illusion ou raison, superstition ou science, ces mots ont pu désigner les mêmes objets de croyance, un savoir transmis en des temps et des lieux différents.

Et dans l'histoire d'une société, d'une culture, c'est aussi un moment de crise que ce temps où s'effondrent brutalement les croyances dans les vérités qui faisaient vivre un groupe.
Cela peut être une catastrophe collective, mais aussi de cette catastrophe on peut souhaiter que naîtra un autre lien plus satisfaisant que la croyance ou ce sera de nouvelles croyances, de nouvelles idoles.

Dans le débat sur l'objet de la croyance et aussi sur l'autre dont la parole suscite la croyance, on a pu tenter d'opposer croyance et foi, définissant la croyance comme une persuasion déterminée par un motif lié à l'objet, et la foi comme une persuasion déterminée par l'autorité de celui qui parle.
On peut dire plutôt que ces mots se recroisent et forment tout un champ avec d'autres expressions : donner sa foi, avoir confiance, accorder crédit, se fier à l'autre ou à soi même et donc croire c'est accepter, avoir foi ou donner foi en quelque chose qui peut être un fait perçu, une opinion personnelle, mais le plus souvent idée, prévision ou toute sorte de proposition émanant de l'autre.
Et les degrés varient dans ce qui peut être croyance ou simple adhésion, conviction intime: être persuadé, ou doute, refus, rejet d'une idée.
Se pose alors la question de ce qui dans un sujet va accepter de croire ou refuser de croire : conscience réflexive ou sujet du désir ;
Curieusement l'objet de la croyance peut être revendiqué et défendu comme son idée propre, en oubliant tout à fait qu'il vient de l'autre ;. et c'est bien la situation la plus banale du sujet humain conscient, et voulant justement ignorer sa situation d'aliénation à l'égard d'un objet et à l'égard de l'autre dans son désir d'une position de maîtrise.


Que nous apporte le schéma L de Lacan dans ces multiples questions de la croyance, et cette étrange confusion entre fait de croire, croire l'autre, croire quelquechose ?
Il situe bien le sujet humain comme parlêtre qui a affaire au signifiant dans la parole et dans le langage.
Et comme toujours Lacan tient à différencier la parole, qui permet la communication avec l'autre, et le langage qui est pur chiffrage.
Et Lacan donc resitue ce parlêtre dans son rapport au symbolique.

" Si l'homme vient à penser l'ordre symbolique, c'est qu'il y est pris dans son être.
L'illusion qu'il l'ait formé par sa conscience provient de ce que c'est par la voie d'une béance spécifique de sa relation imaginaire à son semblable qu'il a pu entrer dans cet ordre comme sujet "

Dans ce qu'il introduit dans le schéma L , Lacan établit les rapports croisés entre quatre éléments : le je -sujet- S , le moi a, le semblable - petit autre - a' et le grand Autre - trésor des signifiants -A.
Le sujet est un effet du signifiant, et le signifiant lui vient toujours de ce trésor des signifiants, lieu A où les signifiants préexistent de façon synchronique, lieu A où se constitue son inconscient.
Le sujet reçoit ses propres signifiants selon l'axe symbolique A S, l'inconscient étant représenté par le segment ( en traits pleins) qui part de A et rencontre l'axe a a' de la relation imaginaire au semblable.
Le moi est pour l'être humain ce support de l'identification imaginaire, lié à l'image du corps qui va se constituer progressivement à partir du réel du corps biologique.
Cette image du corps constituée sera ce qui lui permet dans le stade du miroir de se reconnaître comme unité imaginaire et comme l'autre semblable, dans l'image.
Cette image est en même temps consacrée par les paroles que prononce celui qui est au côté de l'enfant.
La relation imaginaire est cette composante de la relation avec l'autre figurée par cette diagonale a a' ( en traits pleins ) entre l'image du moi a et l'image du semblable a'.
Dans le même temps l'autre semblable est cette image et est un être parlant immergé dans le langage.
La communication entre les humains se fait par la parole dans une suite diachronique.
L'autre semblable va mettre à l'oeuvre ces signifiants recelés dans ce lieu A dans tout ce qui est paroles, adresses, demandes, commandements ou appels que l'enfant très tôt perçoit et reçoit et qu'il va renvoyer selon la ligne S a'.
Le parcours de la chaîne signifiante traverse l'axe symbolique AS et l'axe imaginaire a a'.
Dans le schéma L le sujet se trouve face à ces deux points a' du semblable et A du trésor des signifiants ;.. et nous sommes tous là dedans ; dans cette proximité qui peut faire confusion, qui fera nouage aussi.
La ligne S a' est ce que le sujet renvoie à son semblable, et si c'est sous forme inversée dans la parole fondatrice, dans certaines formes de la croyance ce serait sous forme non inversée.
Le collage parfait de l'imaginaire au symbolique permet au sujet d'admettre comme sienne une pensée ou conviction qui lui est communiquée par l'autre, ou de se " reconnaître " dans l'image de l'autre qui a même idée ou croyance que lui.

On le sait cette situation quotidienne - le sujet se trouve devant l'autre qui parle - va se jouer différemment selon certaines conditions.
- La position de celui qui parle par rapport au sujet va changer sa faculté d'entendre et recevoir une parole : un proche aimé, un maître admiré ou un inconnu, un étranger, ou l'autre menaçant qu'il soit un étranger ou un familier.
Pour ce jeune homme qui avait quitté sa famille à l'adolescence, dans un conflit violent, cet acte de renier la foi de ses pères ( sa famille était de tradition catholique ) et d'adhérer à une secte d'inspiration bouddhique vient exprimer la violence du conflit qui mène le sujet à un refus de la croyance et de la créance au risque d'une catastrophe subjective.
Je n'ai plus rien à voir avec cet homme, il n'est plus mon père.

- L'image même de l'autre mis dans cette place va aussi jouer dans la croyance : le fait que l'autre qui parle et veut que je le croie m'apparaît comme quelqu'un sûr de lui ou quelqu'un qui hésite et semble douter, quelqu'un qui me parle dans un relatif détachement et me laisse libre aussi de croire ou pas, ou quelqu'un qui veut à tout prix me convaincre : je peux le croire ou craindre qu'il veuille me tromper.
Devant ces conditions chacun réagira différemment selon sa structure, son désir ;
- Le désir du sujet, son angoisse le rend sans doute plus apte à croire certaines paroles, d'autres ne seront pas acceptées, il ne peut y croire car cela vient créer chez lui un conflit ou une insatisfaction.
" Ma mère et moi sommes très croyantes "disait cette jeune fille, et croire sa mère, avoir foi en sa parole était devenu très angoissant : et ce n'est pas les convictions religieuses de sa mère qui étaient en cause, mais cet énoncé toujours répété qui disait que son père était mort.
Alors même que sa mère n'avait produit aucun élément qui le montrait vivant, ni aucun détail qui rendrait cette mort réelle ou vraisemblable.
Et bien sûr la question de son désir est là, quand elle croit immédiatement la voyante qui lui dit " Non mon enfant, votre père est vivant " en place de quelqu'un qui sait.

L'inconscient tient dans la croyance une place beaucoup plus grande qu'il ne semble acceptable pour les exigences rationnelles dans ce choix : croire ou ne pas croire, c'est à dire accepter une proposition ou la refuser comme étrangère, fausse, inadmissible, intolérable, folle, y compris dans le rêve qui de tout temps a pu être considéré comme message des dieux, que l'on doit entendre et admettre même s'il paraît inadmissible.
Et à la suite de Freud croire ou ne pas croire au rêve ne se réduit plus à une crédulité.
Une patiente raconte un rêve qui l'a beaucoup perturbée la nuit précédant la séance, et qu'elle appelle curieusement rêve prémonitoire.
Elle se voit dans le rêve avec sa mère et des personneges inconnus. Une discussion a lieu entre ces différents protagonistes où elle est incluse. Le motif de la discussion est la vente de la maison de sa mère, le prix et les modalités, les inconnus sont les acheteurs.
Elle se réveille bouleversée et téléphone à sa mère, qui lui dit que oui bien sûr elle va vendre ; Mais aucune démarche n'a encore été faite, même si son intention est bien de vendre.
Ce qui est paradoxal, c'est que sa mère depuis longtemps lui avait fait part de ce projet, et la patiente en avait parlé plusieurs fois en séance, en disant toujours " Non, je ne crois pas qu'elle le fera, elle en parle comme çà " ou " Je n'arrive pas à y croire " c'est à dire à la fois c'est contraire à mon désir, et ma mère qui est quelqu'un proche et que j'aime ne va sûrement pas avoir un désir si opposé au mien.
Que cette idée revienne dans le rêve, fait qu'elle y croit.
D'une part elle peut accepter cette vente comme un fait qui va vraiment se réaliser, et d'autre part elle peut en parler autrement, non comme un malheur improbable, mais une réalité acceptable " C'est aussi bien pour moi " dira-t-elle, car cette maison était très liée pour elle au souvenir de son père, elle revenait dans cette maison fréquemment le week end et aux vacances, ce qui ne lui permettait pas de quitter sa famille et son passé, ni d'investir dans des projets d'avenir avec un homme.

Et dans la clinique cette place de l'inconscient qui croit contre la volonté consciente est bien l'image la plus commune de la division.
Une femme se trouvait dans une grande angoisse " Dès le moindre trouble, je crois que j'ai une maladie grave et que je vais mourir " .
Et ni les preuves objectives des multiples examens qu'elle subissait et dont les résultats étaient rassurants, ni le savoir de son médecin en qui elle disait avoir totale confiance ne pouvaient modifier cette certitude, inaccessible à la raison raisonnable ou rationnelle.
Dans son travail cette femme dira souffrir de son ignorance, non des connaissance livresques mais c'est un savoir sur elle et sur la vie qu'elle pourra chercher qui lui permettront de se sentir vivante, elle parlera de la mort dans un autre mode que cet imaginaire angoissant d'une mort imminente.
Peut être était elle obligée de croire à la mort faute d'avoir pu en dire quelque chose dans un savoir qui laisserait une place au je ne sais pas.

La plainte d'un patient peut aussi bien souvent se dire de façon banale dans cette expression du " croire en soi " ; ou ne pas croire en soi.
Peut être cette formule est elle proche de la question de cette patiente sur son ignorance, puisque croire en soi serait-il se considérer comme quelqu'un qui sait ?
De quel savoir s'agit il ?
Un savoir scientifique, un savoir de savant sur toutes choses, que l'on va argumenter et imposer aux autres n'est pas du même ordre que ce savoir de l'inconscient que chacun peut chercher à atteindre, dans l'analyse notamment.
Accepter ce savoir, y croire assez pour en reconnaître la valeur de vérité subjective, sa vérité, et non s'en remettre totalement aux savoirs des autres ( sont ils objectifs ? ), tous systèmes ou doxa, donne au sujet une autre place de sujet divisé.
Cette croyance là, est-ce accepter de ne pas tout savoir et accepter d'être dupe, dupe du signifiant qui circule ?
Et il n'y a pas de garantie dans l'Autre qui protège de cette erreur possible ou errance inévitable.