entete
Accueil _ S'inscrire à la lettre de l'Epco _ Enseignements _ Documents__ L'E.p.c-o _ L'A.L.I _ Publications _ Liens Divers _ Espace Membres

L'Ethique, Lacan séminaire VII

Epco 08/02 et 06/06 2020
Atelier

"L'éthique de la psychanalyse"
8 Février 2020. Limoges



Un groupe de travail de l'Epco s'attaquait à la présentation des leçons 1 à 13
du séminaire de Jacques Lacan "L'éthique de la psychanalyse"
au long de cette journée du samedi 8 Février.


ethiqueIl ne viendrait à personne d’énoncer qu’un comportement animal est immoral, ou qu’une conduite animale est immorale. Rigoureusement organisés par un instinct, ou des schèmes instinctuels, ces conduites ou comportements ne laissent pas la place à un choix, une hésitation, ou une valorisation en termes de bien, de bon ou de mieux.
La morale, l’éthique semblent donc propres au sujet humain à y pallier à ce qu’il manquerait d’instinct programmant ses conduites. Il en résulte que la psychanalyse, à vouloir théoriser ce sujet dans sa structure et ses désirs, ne peut que rencontrer les ressorts de cette morale, s’articulant en conduites. C’est dans la lecture attentive de Freud, que Lacan, nous invitant à le suivre, cerne les éléments qui, de ces ressorts, constituent le noyau… Principes de plaisir et de réalité, « das Ding », sublimation, etc…
Et d’en proposer la comparaison, en une vaste fresque historique, de Moïse, Aristote, Saint-Paul, le Haut Moyen-âge, la Renaissance, les Lumières, jusqu’à la Révolution Française, avec ce que chaque morale, les « dix commandements », « L’éthique à Nicomaque », «L’épitre aux romains », « Le fin’amor », la morale kantienne, sa confrontation avec Sade, comporte de spécifique.
Si l’éthique se spécifie d’être l’ensemble des valeurs qui dictent ses actes à un sujet, actes personnels ou professionnels (déontologie), quels éclairages ou modifications peut-on déduire de la théorie psychanalytique telle que Freud l’a élaborée et Lacan éclairée? La visée du Souverain Bien qu’Aristote situe comme moteur de l’éthique est-elle remplaçable par celle de l’objet de satisfaction du désir ? Et la tempérance, la juste mesure, entre passion et ascèse, qu’il préconise comme moyens d’y atteindre sont-elles la traduction du principe de plaisir, c’est-à-dire la recherche de la moindre tension ?
La pierre angulaire de la morale chrétienne : « Aime ton prochain comme toi-même » va-t-elle jusqu’à inclure le non amour de soi, la haine de soi ? « Haime … ». Si la psychanalyse a montré l’importance des pulsions, particulièrement de la libido, elle a aussi montré l’importance de l’instance morale, du sur-moi, et de la férocité du sentiment de culpabilité pouvant en émaner. Mais aussi bien la formule chrétienne pourrait s’entendre comme insistant non sur l’amour, ou la haine, mais sur le « comme », c’est-à-dire le prochain comme semblable. « Haime ton prochain comme un toi-même. » Réciprocité des semblables. Ouvrant ainsi la possibilité de l’universalité de la maxime kantienne, condition des législations démocratiques. Mais où risque de s’abolir la singularité subjective et sa division et, ou, aussi s'entend la possibilité du surgissement de la dimension spéculaire.
Ceci pour ouvrir au champ que Lacan explore afin de dégager ce qui serait une éthique de la psychanalyse inclue dans sa théorie même, mais aussi à habiter sa pratique…



Les leçons

Marie-Christine Salomon Clisson se propose pour étudier les leçons 1 et 2

L’ÉTHIQUE DE LA PSYCHANALYSE (1959-1960)

Mon intérêt à partager la lecture de ce séminaire s’est accru proportionnellement à la dictature de la morale actuelle. « Le siècle où la parole a été victime » (Livre Y. Bonnefoy) : nous sommes dans l’après-coup de ce traumatisme où le totalitarisme renaissant s’exerce en vue d’une éradication de la parole adressée. Le marathon d’aujourd’hui, sera celui de l’art du commentaire à plusieurs voix. Le marathon est une course d’endurance, avec cette urgence d’avoir à gagner contre la mort. Nous avons maintenant à y participer au un par un, au sein d’un collectif. Aujourd’hui le malaise dans la civilisation ne s’exprimerait-il pas dans la façon d’utiliser le langage, dans une certaine perversion de la langue, qu’elle soit langue de bois ou langue réduite à un code ? La méthode de Lacan, son mouvement particulier (3 pas en avant, 3 pas en arrière, 2 pas sur le côté et 2 pas d’ l’autre côté).

« Ce séminaire, je l’écrirai ».
Pourquoi cela avait-il tant d’importance pour Lacan que ce séminaire il puisse non pas simplement le dire mais l’écrire ? Pourquoi ne souhaitait-il pas que l’oralité de son discours en reste à une transcription ? Quelle serait l’articulation d’un texte à dire avec un texte à écrire ? Serait-ce l’indication d’un franchissement, celui du symbolique qui a à surmonter non seulement l’imaginaire mais le Réel dans une logique ternaire ? L’écriture serait-elle nécessaire pour rendre compte des effets réels de notre parole et de notre capacité à penser à partir de cette tentative de retrouvaille de l’objet ? (l’écrit c’est la parole même nous dit Yves Bonnefoy dans Raviver les mots). Nous pourrions faire l’hypothèse que ce séminaire, il l’a bien écrit, dans l’après-coup, nous proposant une nouvelle éthique cette fois-ci borroméenne, en inscrivant l’objet « a » au centre du nouage pour mettre en évidence ce qui doit se perdre pour qu’il y ait une vie subjective.

Première leçon (p 9 à 28)

Dans cette première leçon, Lacan pose les jalons du chemin qu’il souhaite faire avec nous concernant la spécificité d’une éthique de la psychanalyse, ce sujet n’ayant jamais été abordé en tant que tel par ses prédécesseurs. Sa réflexion sera dans le droit fil du séminaire précédent, « Le désir et son interprétation ». Il nous propose d’utiliser ses propres outils : les catégories du Symbolique et de l’Imaginaire en y ajoutant celle du Réel car nous dit-il, cette dernière est nécessaire pour explorer l’éthique dans le domaine de l’Idéal (qui est l’ensemble des valeurs morales). Tout ceci pour, d’une part mettre en avant la nouveauté des propositions freudiennes découlant toujours de l’expérience et, d’autre part, faire, à son tour, un pas de plus, que je qualifierai d’« Au-delà » pour nous mettre sur le chemin de l’articulation du désir et de la jouissance. Lacan insiste sur la prise en compte de l’histoire et de l’expérience singulière, celle de la cure, où, dit-il, « la réponse rigoureuse concernant une demande n’est là que pour en faire émerger la part inconsciente qui mène au désir »). MC : comment sommes-nous entrés en analyse ?

Lacan choisit le terme éthique plutôt que celui de morale et va s’en expliquer.

Toute société se construit en établissant des règles de conduite dont l’ensemble forme la morale. Le non respect de ces règles ayant valeur pour tous, vient bousculer la vie de chacun. Nous baignons dans les problèmes moraux où s’insinue la faute portant le nom de péché dans les milieux religieux qui n’ont de cesse de la faire disparaître.

L’expérience psychanalytique a permis d’approfondir l’univers de la faute que Lacan qualifie ici de morbide (ou la notion de mal apparaît, avec celle du pathos de la maladie (Réf. Cathelineau : à partir de cette qualification Lacan s’avance sur sa proposition d’avoir à formuler une nouvelle éthique en prenant en charge l’objet pathologique, c’est-à-dire l’affection sensible). Il met l’accent, à la suite de Freud (Malaise dans la civilisation ch. 7 et 8), sur l’attrait de la faute avec le besoin de punition qui serait la conséquence de la faute commise.

Mais de quelle faute s’agit-il et quelle serait la spécificité de la faute en psychanalyse ? Celle du meurtre du père à l’origine de la culture dans la mythologie freudienne ou l’instinct de mort qui deviendra pulsion de mort, qui serait à prendre comme une faute plus constitutive de l’être humain ?

Toujours à partir de l’expérience, Lacan affirme que la  dimension éthique ne se limite pas au sentiment d’obligation. Elle est constituée de l’expérience morale qui met l’homme dans un rapport à sa propre action. Il ne s’agit donc pas seulement d’une loi articulée car elle appelle un bien qui engendre un idéal de conduite. C’est un au-delà du sentiment d’obligation et vous entendez qu’avec ce terme « au-delà », toute l’élaboration va se transformer, à l’égal de la proposition de Freud dans son « au-delà du principe de plaisir ».

Freud a fait progresser la réflexion sur l’expérience morale et a mis en évidence l’omniprésence du sentiment de culpabilité (ch. 8 du malaise), qui est le côté désagréable de l’expérience morale. La progression de Lacan a été de remettre en faveur la fonction féconde du désir, précisant que la dimension morale de Freud ne s’enracine que dans le désir lui-même. Il fait un pas de plus en disant que c’est de l’énergie de ce désir que la dimension de la censure va trouver sa fonction (Cathelineau : terme utilisé dans la Traumdeutung où le travail de l’analyste va être de déjouer les effets de la censure par l’interprétation des rêves).

Au regard de l’histoire, il va resituer le désir, tout d’abord dans son affranchissement naturaliste avec la réflexion sur l’homme du plaisir au 18ème puis une certaine philosophie du 19ème. Il nous fait remarquer que le caractère impératif de l’expérience morale s’est accru et que l’homme est chargé de lois et de devoirs tout autant qu’avant cette expérience critique de la pensée libertine.

Freud s’est intéressé à l’expérience perverse et nous a permis de comprendre l’échec de la théorie morale de l’homme de plaisir (Lacan passe du désir au plaisir et du désir au plaisir). En effet, cette expérience fixe l’articulation de l’homme du plaisir au divin. Dieu étant l’auteur de la nature doit rendre compte des anomalies de cette expérience. C’est l’Autre qui est le Juge. C’est Dieu qui sera sommé de rendre des comptes sur le marquis de Sade où tout autre s’adonnant à l’expérience perverse. Dans cette littérature nous trouverons la dimension de l’érotique (ce qui procède de l’amour).

Freud a donné aux origines du désir, dans ses formes infantiles, un caractère de perversion polymorphe. La pente de la réflexion analytique a été de réduire cette origine paradoxale du désir et de nous montrer une convergence vers des fins d’harmonie que Lacan va appeler un moralisme plus compréhensif pour apaiser la culpabilité. C’est le terme de partiel qui permet de donner tout son poids à la pulsion perverse. C’est autour de ce terme qu’il s’est intéressé à la fonction du désir (Darmon : la perversion serait une persistance du caractère partiel des pulsions ou les pulsions refuseraient d’être convergentes pour en privilégier une).

Lacan revient à Aristote. Où situe-t-il le désir quand il parle de l’éthique ? Il relève deux points où le désir est mis hors du champ de la morale : un qu’il ne cite pas et dont Cathelineau rend compte dans son article « Sade une éthique de la jouissance ? »: « pour Aristote l’éducation éthique vise à prendre de bonnes habitudes en faisant un jeu de mots éthos (conduite) et êthos (caractère). C’est la bonne conduite qui détermine le bon caractère. Par l’acquisition de bonnes habitudes on acquiert un bon caractère, l’éducation se réduit à un dressage ». L’autre point que cite Lacan: le corps des désirs sexuels sont des anomalies monstrueuses ou bestiales.

L’expérience de la psychanalyse va subvertir la morale d’Aristote.
Lacan nous fait cette proposition : « c’est la transformation de l’énergie du désir qui va nous permettre de concevoir la genèse de sa régression. Ce désir, avec l’attrait de la faute, va nous permettre de mettre en évidence une complexité supérieure qui nous permet de saisir la dimension de la civilisation comme telle ».

Est-ce que tout cela se limite à la genèse du surmoi ? Lacan nous invite à distinguer le registre des besoins collectifs et celui où se joue le  rapport au signifiant avec la loi du discours, ce registre qui a une autonomie et nous permet d’y situer l’expérience de la parole.

Cette dimension de la parole, Lacan la trouve dans « Malaise dans la Civilisation » (1929) après que Freud ait mis au premier plan la notion de l’instinct de mort et élaboré sa deuxième topique. Il parle à ce moment, d’un tournant de la civilisation (ne sommes-nous pas dans un autre tournant ?). Nous avons à prendre en compte ce malaise, à la condition de le cerner et il ajoute que cela se passe très au-dessus de lui. C’est là que Lacan situe le point de réversion de Freud dans le rapport de l’homme au logos. Il s’agit d’une œuvre essentielle pour comprendre la pensée de Freud. Elle met en évidence ce qui fait la spécificité de l’expérience analytique et nous indique ce que doit être notre position quant à la demande humaine à laquelle nous avons à faire dans notre praxis. Voici la position de Freud* soulignée par Lacan :

L’expérience morale se résume de l’impératif original qu’est l’ascèse freudienne :« Wo Es war, soll Ich werden » et l’aboutissement qu’il en propose dans ses nouvelles conférences. La racine de cette expérience morale se situe au principe de l’entrée du patient dans la psychanalyse. (« les Ecrits – 1955 -La Chose freudienne p 416-417 : C’est au lieu : Wo ou Es : sujet dépourvu d’article subjectivant, war : était (qui est un lieu d’être) et en ce lieu, soll : un devoir au sens moral qui s’annonce : Ich : je (là dois-je, comme on disait ce « suis-je » avant « c’est moi »), werden : devenir, c’est à dire venir au jour de ce lieu même en tant qu’il est lieu d’être).

Le Je qui doit advenir s’interroge sur ce qu’il veut. Il n’est pas seulement interrogé par l’Autre, dans cette expérience, il se pose cette question à l’endroit des impératifs qui lui sont proposés par son expérience morbide. Va-t-il se soumettre à cet impératif du Surmoi (semi inconscient précise Lacan qui indique une possibilité de choisir de s’y opposer consciemment), ce Surmoi qui se révèle au long de la cure. Son vrai devoir ne serait-il pas d’aller contre cet impératif ? (ADW reprendra ce travail à la suite de Lacan dans « Les trois temps de la Loi »).

Comment se structure au départ l’expérience d’un obsessionnel qui a un savoir sur cette énigme autour du terme « devoir » (« L’enfer du devoir » disait Denise Lachaud), savoir qu’il formule avant même qu’il n’arrive à la demande d’analyse ?

Il s’agit de savoir si notre réflexion éthique a une portée universelle. Ce qui voudrait dire que le devoir ne serait pas seulement une pensée du philosophe qui justifierait ce qui se présente comme une obligation, dans une forme imposée, mais bien une interrogation universelle.

Lacan pose cette question : ne serions-nous qu’un lieu d’asile et seulement là pour répondre à la demande de ne pas souffrir avec cet espoir ou non qu’avec la compréhension l’analysant pourrait se libérer de son ignorance et de sa souffrance ? C’est ici que nous pouvons situer les idéaux de la psychanalyse et notre travail est bien de les mesurer, les repérer, les situer et les organiser. Il nous en propose trois (3 valeurs) de la réflexion morale concernant l’amour humain :

1 – l’idéal de l’amour génital
Cet idéal, cet amour médecin, serait censé modeler une relation d’objet satisfaisante où semblerait se limiter le champ de l’ambition analytique. Mais l’analyste trouve une limite. L’union monogamique ne résout pas le problème de l’expérience morale. En remettant l’idéal de l’amour au centre de l’expérience éthique, l’analyse apporte un changement de perspective, et pousse plus loin son investigation d’une érotique sur laquelle Freud a buté. Lacan resitue le contexte historique de cette fin de 19ème, d’où émergeront de nouvelles questions. Il propose un congrès sur la sexualité féminine pour pallier cette carence (les Ecrits : Propos directifs pour un Congrès sur la sexualité féminine p 725).

2 – l’idéal de l’authenticité
Si l’analyse est une technique de démasquage (dévoilement de ce qui est caché), elle suppose cet idéal. Cet idéal va nous permettre de poser des normes cliniques. Lacan fait référence à Hélène Deutsch qui a mis en évidence des personnalités en difficulté avec ce qui serait exigible dans la relation sociale, dont l’attitude est perçue par l’autre comme marqué du « As if ». Nous sommes ici dans un domaine qui ne se limite pas à l’expérience morale et c’est là que nous arrivons à cette question de la pleine présence, cette question déjà abordée dans sa conférence de 1953 et qu’il reprendra tout au long de ses séminaires avec des abords différents.

3 – l’idéal d’une prophylaxie de la dépendance.
Je dirai que c’est à partir de cet idéal que nous voyons poindre ce que Lacan appellera le processus d’Aliénation/Séparation. Lacan pose cette question : y a-t-il une frontière qui sépare le désirable et les moyens d’y parvenir ? Il précise : quand nous sommes amenés à empiéter sur le champ de « l’orthopédie », les moyens employés s’appuient sur une éthique de l’analyse.

Ce qui spécifie l’éthique de l’analyse, c’est l’absence d’une dimension, celle de l’habitude. C’est en cela elle se différencie des autres éthiques. Elle s’inscrit dans les termes de traumas et leurs persistances. L’essence de l’inconscient s’inscrit dans un autre registre que celui sur lequel Aristote a construit son éthique. [Lacan reprend le jeu de mot d’Aristote : l’éthos (l’habitude) ce n’est pas l’êthos (l’éthique). L’éthique d’Aristote est une science qui s’occupe de la formation du caractère, C’est une action qui vise les habitudes, un dressage, une éducation]. La proposition de Lacan est une position radicale pour repérer l’originalité de la position freudienne en ce domaine. Il s’agit ici d’un changement d’attitude dans la question morale elle-même.

Pour Aristote, c’est le problème d’un Bien. (Cathelineau : Chez Aristote l’éthique est bien une orientation vers un Bien comme idéal de la conduite). Il met l’accent sur le plaisir et sa fonction dans l’économie mentale de l’éthique. Lacan nous fait remarquer que c’est également le point de référence de la théorie freudienne concernant les systèmes psy et phi, les processus primaires et secondaires. Le plaisir a-t-il la même fonction dans les deux systèmes ? Pour répondre à cette question, Lacan nous propose 3 termes (S, I et R), afin que nous puissions repérer la différence et saisir le progrès lié à l’histoire.

Lacan nous a d’abord parlé de l’interaction du S et de l’I. C’est en explorant le domaine de l’éthique qu’il affirme qu’elle doit viser dans le domaine de l’Idéal, de l’irréel dans le sens de la notion de Réel *. L’éthique sera une opération de repérage par rapport au Réel. Et j’ajouterai dans une dimension cette fois-ci ternaire.

Pourquoi Freud a-t-il fait un progrès dans ce sens ? Grâce à ce qui s’est passé dans l’intervalle. Avec Hegel, au 19ème, il y a eu un déclin radical de la position et de la fonction du maître. La vertu du travail passe par les voies du vaincu, de l’esclave. C’est une vision radicalement différente de celle d’Aristote. Cette position nous amené à une pensée dite utilitariste avec une révolution dans les rapports humains. La question n’est plus simplement de ce qu’il y a comme biens sur le marché et de leur répartition. C’est RomanJakobson qui apporte à Lacan ce qu’il a découvert dans l’œuvre de Jeremy Bentham qui oppose le terme de réel à celui de fictitious, à entendre au sens de structure de fiction (Maud Manonni : la psychanalyse comme fiction). A partir de là, une dialectique du rapport du langage au réel devient possible. Bentham situe ce bien réel, ce plaisir en l’occasion, qu’il articule différemment.

C’est là entre cette opposition fiction/réalité que vient se placer le mouvement de bascule de l’expérience freudienne *. Cette distinction nous fait arriver à quelque chose d’inattendu : ce qui caractérise le plaisir (ce qui enchaîne l’homme dit Lacan) se trouve entièrement du côté du fictif, qui n’est pas ce qui est trompeur mais qui est le Symbolique lui-même. Que l’inconscient soit structuré en fonction du S (le principe du plaisir étant ce que l’homme recherche), c’est le retour de ce qui est un signe, quelque chose qui mène l’homme à son insu dans une conduite qui lui fait plaisir. Ce que l’homme cherche et retrouve (la fameuse retrouvaille) - de l’objet perdu à l’objet retrouvé - c’est la trace (l’inscription) aux dépens de la piste (chemin). A partir de là, Freud va nous permettre de concevoir la fonction de la réalité.

Freud et Aristote ne doute pas que l’homme cherche le bonheur et que cela se présente en terme de rencontre : la tuchè. Pour nous c’est aussi Augurum : un bon présage et une bonne rencontre. Lacan revient sur le terme allemand Glüch, c’est aussi Gelück (2 rencontres). En anglais happiness, c’est happen. Il n’est pas sûr que ces termes soient synonymes va-t-il nous dire. Lacan bénéficie des avancées concernant les langues et leur traduction et les mettra en jeu dans la chaine signifiante pour affiner sa pensée.

(Y. Bonnefoy : Il n’y a pas de pensée dans l’absolu, toute pensée est de circonstance. La circonstance la plus fondamentale étant la langue que l’on emploie, qui est quelque chose de particulier avec des hasards profonds, une vision du monde tout à fait singulière. Le moment historique est également une circonstance).

Ici entre en jeu la question de la traduction.
Are you happy ? Etes-vous heureux ? Oh yes ! I am very happy (oui, je suis très heureux ! Il poursuit en allemand : Aber nicht glüklich ! Mais pas heureux !

Pour Freud le bonheur doit être proposé comme terme à toute recherche, si éthique soit-elle, dit Lacan. Mais, quand Freud sort de son domaine en écrivant Malaise dans la Civilisation, il nous dit que pour le bonheur il n’y a rien de préparé dans l’universel ni dans le singulier. Pour Aristote, le plaisir a quelque chose de non contestable. Ce plaisir est le pôle directif de l’accomplissement de l’homme pour autant qu’il y a chez l’homme quelque chose de divin qui est cette appartenance à la nature. Mais, la nature chez Aristote n’est pas la même que pour nous : elle exclut tous les désirs bestiaux de l’accomplissement de l’homme.

Dans l’intervalle, il y a Freud et son renversement de perspectives : tout ce qui va vers la réalité exige un abaissement de l’énergie du plaisir. *

La façon dont s’organisent les fictions du désir a permis à Lacan d’écrire la formule du fantasme. La notion de désir doit être prise comme étant le désir de l’A. C’est là qu’il prend tout son poids. Il n’en reste pas là et revient sur une note de le Traumdeuntung , dans laquelle Freud nous dit que nous avons un deuxième facteur à ne pas négliger : la satisfaction d’un vœux doit apporter du plaisir mais il est bien connu du rêveur qu’il n’a pas un rapport univoque avec son vœu. Il le rejette, le censure, il n’en veut pas. Nous retrouvons, dit Lacan, la dimension essentielle du désir comme étant toujours désir au deuxième degré, à savoir désir de désir.

Lacan reprend la théorie des valeurs : « la valeur d’une chose est sa désirabilité ». Il s’agit de savoir si une chose est digne d’être désirée et là, nous tombons sur une drôle de forme concernant les aspirations des hommes. Son souhait : que la structure constituée par la relation imaginaire (où l’homme entre double dans la dialectique de la fiction), trouve son aboutissement à partir de ce travail sur l’éthique de la psychanalyse. Au dernier terme nous arriverons à la question du masochisme dans l’économie pulsionnelle et Lacan précise qu’il souhaiterait nous amener à l’approfondissement du rôle économique du masochisme pour conclure ce séminaire.

Réf. Journées Kant avec Sade (« Sade, une éthique de la jouissance ? » de Pierre-Christophe Cathelineau et « Désir et Jouissances » de Jean-luc de Saint-Just.)
Deuxième leçon (p 29 à 50).

Nous entrons dans le vif du sujet, avec ce déploiement logique d’une pensée proprement psychanalytique.

Lacan veut nous apporter son miel, sa nouvelle production et se pose la question du pot, comme nous nous posons la question de ce qui peut donner forme à notre praxis. Son point de départ : « quelle est la portée de notre parole ? ». Son hypothèse est que le problème moral, éthique de notre praxis est lié au fait que toute psychanalyse nous laisse dans une insatisfaction profonde car elle n’est qu’un alibi de notre tentative de pénétrer le problème de notre propre action qui est le fondement de toute réflexion éthique. Notre recherche : que devons-nous faire pour agir d’une façon droite (juste) étant donné notre position d’homme ? Notre action spécifique passe par ce point de départ, une demande, un appel d’urgence, comment donc y situer notre éthique ?

Reprenant les grandes lignes du programme qu’il s’est fixé, qui va de l’omniprésence de l’impératif moral jusqu’au plaisir dont le second degré est le masochisme moral, il nous fait une proposition inattendue, en quelque sorte une demande, de nous référer à sa thèse qui est la suivante : « le commandement moral (de la loi morale), ce en quoi cette instance s’impose à nous, est ce qui représente, ce par quoi se présentifie le Réel dans notre activité qui est structurée par le Symbolique. Il va nous dire : la loi morale s’affirme contre la plaisir. Le fait même d’introduire le Réel à propos de cette loi, remet en question la valeur donnée à ce que nous appelons l’Idéal. Il précise qu’il s’agit bien de donner du sens à ce terme de Réel ».

Sa proposition est en lien avec la pensée de Freud qui, partant d’une opposition entre principe de plaisir et principe de réalité, aboutit à un « au-delà du principe de plaisir », avec ce dernier terme, l’instinct de mort (qui deviendra pulsion de mort), qui serait une loi au-delà de toute loi, s’il ne s’agissait de quelque chose comme le dévoilement, la retrouvaille où ce principe de réalité ferait resurgir quelque chose au-delà qui gouvernerait l’ensemble de notre rapport au monde, appelé réalité ?

C’est de cette façon que Lacan va pouvoir spécifier le terme de réalité apporté par Freud et celui de Réel allant au-delà de cette réalité.

De quoi s’agit-il avec ce terme de réalité ? De la réalité quotidienne, de la conformité aux usages reçus ou de la réalité psychique ? Voilà ce qui anime la recherche de Lacan. Il va se confronter au caractère problématique de la réalité psychique. Pour ce faire, il va se dégager de l’expérience morale en tant qu’impérative et porter son intérêt sur l’action morale qui s’y oppose. Cette action morale apporte quelque chose de nouveau, la notion de présence. (YB : certaines philosophies dominées par le souci épistémologique, tentent de réduire l’expérience de la présence). Et c’est l’analyse qui nous y ramène, cette cure par la parole redonne aux mots leur qualité de présence. Les limites éthiques de l’analyse sont liées aux limites de sa praxis qui n’est que le prélude d’une action morale, l’action étant ce par quoi nous débouchons dans le réel, nous dit Lacan.

En quoi consiste l’Ethique d’Aristote ?
Lacan remarque que, comme pour toutes les autres éthiques, elle se réfère à un ordre qui se présente d’abord comme une science, l’épistèmê (science de ce qui doit être fait). Cet ordre va définir la norme d’un certain caractère, l’éthos (l’état éthique). Comment le sujet va-t-il se soumettre à cet ordre dans quelle adéquation à l’êthos, ce quelque chose qui, pour Aristote, différencie l’être vivant de l’être inanimé. Pour atteindre cet état, l’homme doit prendre l’habitude de se conformer à cet ordre, à ce Bien, nommé souverain Bien, ce quelque chose qui permet d’unir le particulier à l’universel, dans une imitation de ce que serait l’ordre cosmique.

Il s’agit donc de se conformer à quelque chose qui n’est pas contesté dans la réalité et qui suppose les voies de cet ordre. C’est le disciple, la personne à laquelle Aristote s’adresse, qui possède cette science. Par son écoute, il est censé participer à ce discours de la science. Aristote introduit le discours droit : l’orthos logos, dans lequel la question éthique est posée. Reste une question : si une bonne action se conforme à ce discours, comment se fait-il que subsiste l’intempérance nommée par Aristote ?

Pour Aristote, l’Idéal humain c’est celui de l’Idéal du maître. Il va donc tenter d’élucider l’intempérance avec la mise en défaut de la vertu du maître antique qui a pour fonction d’être une présence, une condition humaine liée à l’esclave. Pour Aristote, le maître est comme le Dieu au centre du monde gouverné par le « nous » (tilde sur le u) (l’intelligence, l’esprit, la pensée). C’est l’intendant qui va gouverner les esclaves tandis que le Maître va vers un idéal de contemplation, dans la perspective de cette éthique. Il va pratiquer l’oisiveté. Ce terme est employé par la scolasticos qui dispense un enseignement philosophique et théologique au sein de l’université (du 11ème au 17ème siècle) et dont le propos est de réconcilier foi chrétienne et raison.

Ne sommes-nous pas à la recherche d’une vérité libératrice à partir de notre expérience analytique ? Oui dit Lacan mais cette vérité se présente avec un caractère de « Wunsch » (souhait, vœux, désir) impérieux, qui se normative par l’expérience de plaisir ou de peine d’où il jaillit et qui se conserve à l’intérieur du sujet sous une forme irréductible. Cela se rencontre chez tous les êtres humains, sous cette forme régressive, de désir pris pour la réalité.

Est-ce que c’est cela notre morale, la découverte de cette pensée de désir, la vérité de cette pensée ? D’une certaine façon oui, mais Lacan nous propose de dire : tout est voilé en précisant que cette idée est née bien avant la psychanalyse faisant référence à ce temps historique de la révolution industrielle et de ses effets sur les poètes romantiques anglais à savoir donner une valeur aux souvenirs d’enfance. Cette idée que l’homme doit être autre chose qu’un enfant et en même temps qu’il a à prendre en compte les expériences de l’enfant qu’il a été, est apparue dans le domaine de la psychologie au 19ème siècle.

Lacan propose de poser la question autrement même si nous nous la posons de cette façon à partir de l’expérience de la genèse singulière du névrosé car là aussi, dit-il, quelque chose nous est voilé. Il y a une autre tension entre la pensée à laquelle nous avons affaire dans l’inconscient apporté par Freud et celle qui est appelée pensée adulte. Il s’agit donc de réinterroger la pensée à partir de ce qui s’ordonne en terme de développement Idéal à savoir cette opposition processus primaire et processus secondaire pour rendre compte du principe de plaisir et du principe de réalité. Et une autre opposition fondamentale à partir d’un autre système de référence qui nous donne la possibilité de penser les choses dont on a besoin, d’une part et d’autre part, ce qui est désagréable, les états d’humeur, les états de sentiments qui cachent la réalité (Die Virklichkeit). Pour Freud, ce sont ces états d’humeur qui font obstacle à la réalité qu’il cherche à mettre en évidence. Voilà comment se pose l’expérience freudienne à l’origine. Il précise même que l’excitation sexuelle est pour lui quelque chose d’inutilisable pour cette recherche. (Lacan précise qu’en extrayant une phrase de son contexte on déforme son sens, et c’est bien ce qui se passe en ce moment).

La conception fondamentale de la structure psychique est dans l’Esquisse laissée à l’état de brouillon, (que F pensait intituler « une psychologie à l’usage des neurologues). C’est à partir de là que Lacan souhaite interroger l’opposition principe de réalité et principe de plaisir. Cette opposition que Freud réarticule tout au long de son œuvre : dans l’Entwurf (l’Esquisse-1895), dans le chap. 7 de la Traumdeutung (nouvelle articulation des processus primaires et secondaires en p. de plaisir et p. de réalité (1900) ainsi qu’avec le rêve du père mort, qui pourrait se traduire « De la Structure psychique »(1911), puis dans Malaise dans la Civilisation (1929).

Lacan peut maintenant revenir sur Aristote pour qui la fonction du plaisir est le rayonnement et le signe de l’épanouissement d’une action au sens de l’énergie, là où s’articule cette action qui comporte en elle-même sa propre fin. Puis il revient à Freud pour qui le plaisir est associé au principe de plaisir qui est un principe d’inertie et qui règle tout ce qui résulte d’un processus au sein d’un appareil neuronique. Il va donc régler les frayages (Bahnung) qui résultent d’un effet de décharges que l’appareil conserve après les avoir subis. Une quantité va pouvoir s’écouler, ce qui fait l’efficace du principe de plaisir. C’est la formulation de l’hypothèse de Freud, mise un peu de côté du fait qu’elle ne présentait pas, en apparence, de référence à l’effet clinique.

Il peut reprendre son hypothèse de travail grâce aux échanges avec Fliess bien que quelque chose soit masqué dans l’expérience pour tenter d’expliquer le fonctionnement de l’esprit. Il part de données de l’expérience qui contredisent un système où le développement irait vers l’équilibre et peut faire l’hypothèse d’un système qui irait vers le leurre, vers l’erreur : l’organisme serait fait non pas pour satisfaire le besoin mais pour halluciner le besoin. Freud pense qu’il doit y avoir une distinction entre les appareils même s’il n’est pas possible d’en trouver un support anatomique. Un troisième entre en jeu pour exercer un principe de réalité qui est essentiellement un principe correcteur. Ce principe de réalité, est ce qui donne son efficace à l’appareil neuronique : il corrige, compense et s’oppose à la pente naturelle de l’appareil psychique.

Ce système de reconstitution de l’action humaine a un caractère fondamentalement conflictuel. En effet, le dédoublement des systèmes a pour principe d’aller contre l’inadéquation foncière d’un des deux. C’est l’opposition du système Phi avec le système Psy. Pour la justifier Freud part des quantités immaîtrisables dans l’expérience de la névrose et cela correspond à l’expérience vécue la plus immédiate, celle du poids de l’inertie, auxquels s’opposent des choses dans les symptômes avec un caractère irréversible. Pour Lacan, il s’agit d’un texte où l’on ressent une expérience d’ordre moral.

Cette activité de retenue du principe de réalité, opère pour contourner les déchaînements de catastrophes du principe de plaisir. Il peut le lâcher trop tôt et provoquer une douleur, un déplaisir, ou trop tard, lorsque une décharge ne va pas dans le sens d’une solution avec l’action, provoquant l’hallucination, décharge régressive, également source de déplaisir. Lacan précise que ce raisonnement peut être proche de celui d’Aristote quand il se pose la question de savoir comment celui qui sait, peut être intempérant. Aristote donne une tentative de solution (Chap.V de l’Ethique à Nicomaque) à partir de cette proposition universelle « il faut goûter à tout ce qui est doux », l’accent serait porté sur « ce qui est doux », proposition mineure. Le jugement porté à cette mineure entrainerait une action erronée. C’est le désir sous-jacent de la proposition universelle qui ferait surgir ce jugement erroné concernant l’actualité du soit disant doux vers lequel l’activité se précipite.

Pour lacan, il n’y a rien de mieux que l’Entwurf pour penser le champ de l’action psychologique. Freud reprend les articulations logiques qui sont les mêmes que celles des éthiciens mais dont auxquelles il donne une toute autre portée.

L’interprétation de Lacan sur l’orthos Logos est la suivante : il ne s’agit pas d’une proposition universelle mais une façon d’articuler ce qui se passe dans l’Inconscient, c’est à dire du discours qui se tient au niveau du principe du plaisir. C’est par rapport à ce « droit » que le principe de réalité va guider le sujet pour qu’il aboutisse à une action possible.

Pour Freud, le principe de réalité s’exerce d’une façon précaire. C’est nous qui en donnons la mesure et il n’y a pas à chercher au-delà. La position n’est pas confortable et Freud va dire que c’est la raison pour laquelle les commandements qui en tracent la voie, sont tyranniques. Les sentiments en tant que guide pour appréhender la réalité, sont trompeurs. L’intuition de Freud concernant l’abord de l’homme vers le réel (la réalité) ne peut se faire que par la voie d’une défense primaire. Ce terme de défense existe avant même qu’il puisse formuler les conditions du refoulement.

TABLEAU.

Lacan nous propose un tableau pour mettre l’accent sur le paradoxe du rapport au réel (réalité) dans Freud. Il place d’un côté l’inconscient et de l’autre la conscience, avec les pôles sous lesquels se manifestent au niveau de la connaissance l’opposition de cet appareil (principe de plaisir et principe de réalité).

La perception s’articule à la réalité. Mais, selon l’hypothèse de Freud, le principe de plaisir s’exerce sur la perception.

Dans le chap. VII de la Traumdeutung, Freud nous dit que le processus primaire tend à s’exercer dans le sens d’une identité de perception (réelle ou hallucinatoire). Si elle ne se recouvre pas avec la réalité, elle sera hallucinée avec ce danger que le processus primaire ne prenne la main.

Vers quoi tend le processus secondaire, le principe de réalité ? Vers quelque chose qui est une identité de pensée. Il s’exerce par tâtonnements, par rectification. Le sujet est conduit par les décharges de déplaisir. Il va mettre en avant un système de plaisir attendu. La pensée devrait être mise dans la même colonne mais Freud insiste pour nous dire que ce processus est inconscient par lui-même et par nature. Rien de ces frayages n’est perceptible. Toute pensée s’exerce par des voies inconscientes. Ce n’est pas le principe de plaisir qui gouverne la pensée mais c’est dans le champ de l’inconscient que cela se passe. Dans sa conscience le sujet ne reçoit que des signes de plaisir ou de peine.

Comment appréhender les signes de la pensée ? Uniquement s’il y a des paroles, dont Freud précise qu’elles sont ce qui caractérise le passage dans le Préconscient qui est le lieu de passage des mouvements de l’Inconscient. Nous ne connaissons les processus de la pensée que par des paroles. Le connu de l’inconscient c’est quelque chose qui nous vient en fonction de paroles. C’est ce que Freud, articule dans l’esquisse précise que nous n’aurions de l’objet désagréable que la notions la plus confuse. Cet objet, jamais détaché du contexte, serait le point de « non dit » qui arracherait avec lui le contexte circonstanciel. (Y.B dans Raviver les mots : « je pense que le fait que le signe soit arbitraire, qu’il ne soit qu’une sorte d’objet sans rapport essentiel avec le monde naturel, c’est bien parce que cela fait de lui une chose et du moment où c’est une chose, cette chose a l’infinité intérieure, tel l’absolu d’une pierre sur un chemin, c’est l’unité du monde, qui peut revenir vers nous à l’intérieur de cette chose.)

L’objet ne se signale qu’au niveau de la conscience à la condition que la douleur fasse pousser un cri au sujet. L’existence du mauvais objet, c’est le cri du sujet. La fonction de ce cri est d’être un processus de décharge où quelque chose peut être attrapé dans la conscience. C’est au niveau de son cri que quelque chose peut être identifié comme ce vécu de mauvais objet qui resterait un objet obscur et inconscient s’il n’était pas là. Il est un signe dans la conscience qui lui donne son poids, sa présence, sa structure. Les objets qui comptent pour le sujet humain sont des objets parlants, des autres qui, sans le savoir, par leur discours, vont lui révéler les processus qui habitent son inconscient. L’inconscient n’est révélé que par ce qui est articulé en paroles. C’est ce qui permet à Lacan de dire que l’Inconscient n’a pas d’autre structure qu’une structure de langage. La valeur, pour Lacan, des théories atomistiques (précisant qu’elles ne recouvrent pas la théorie de l’appareil neuronique), c’est qu’elles nous permettent d’appréhender ce champ du langage, car elles mettent en jeu les rapports de contiguïté et de continuité et nous permettent d’illustrer la structure signifiante qui intéresse toute opération de langage. (Appui sur la linguistique pour ce qui concerne la langue et les domaines concernés par le langage)

Sur ce tableau, nous voyons un double entrecroisement du principe de plaisir et du principe de réalité. En effet, le principe de réalité, gouvernant ce qui se passe au niveau de la pensée, ne peut le faire que si la pensée revient s’articuler en paroles (traduction en mots), et ainsi venir à la connaissance du sujet dans le conscient. Inversement, l’inconscient constitué d’éléments logiques de l’ordre du logos, articulés sous formes d’ortho-logos, au cœur d’un lieu où s’exercent les frayages motivés par l’attraction et la nécessité, à savoir l’inertie du plaisir, feront valoir tel signe plutôt qu’un autre à la condition qu’il puisse se substituer (fonction métaphorique) à un premier signe ou, au contraire, qu’il endosse la charge affective liée à la première expérience.

Nous voyons trois ordres qui s’ordonnent :

- une substance de l’expérience ou sujet d’une expérience, qui correspond à l’opposition principe de réalité / principe de plaisir.

- un processus de l’expérience qui correspond à l’opposition de la pensée à la perception. Ce processus se divise :

1) selon qu’il s’agit de la perception liée à l’activité hallucinatoire, au principe de plaisir, et que Freud appelle réalité psychique. Procès de fiction.
2) Processus de pensée par quoi se réalise l’activité, qui est un processus de recherche, de reconnaissance que Freud qualifiera plus tard de retrouvaille de l’objet. C’est l’autre face de la réalité psychique, procès inconscient et de désir.

Au niveau de l’objet : il y a le connu et l’inconnu. Ce qui est connu ne peut l’être qu’en paroles et ce qui est inconnu se présente comme ayant une structure de langage.

Qu’en est-il au niveau du sujet ? En quoi consiste l’appréhension de la réalité entre l’un et l’autre des deux principes ?

Voici la proposition de Lacan : ce qui se présente comme substance, au niveau du sujet, au niveau du principe de plaisir, c’est le Bien du sujet, pour autant que le plaisir gouverne l’activité subjective.

C’est la raison pour laquelle les éthiciens ont essayé d’identifier ces deux termes : le plaisir et le Bien. Quant à nous, nous ne pouvons mettre au niveau du substrat de la réalité de l’opération subjective qu’un point d’interrogation.

Quelle est la figure nouvelle apportée par Freud dans cette opposition principe de plaisir/principe de réalité ? Il ne songe pas à identifier l’adéquation à la réalité à un Bien quelconque. Dans Malaise dans la Civilisation, Freud dit : « assurément la civilisation, la culture en demandent trop au sujet ».

S’il y a quelque chose qui s’appelle son bien et son bonheur, il n’y a rien à attendre de lui-même, ni du macrocosme. Lacan termine sur ce point d’interrogation.

---

MC : Hypothèse du Bien-dire à la place du point d’interrogation.

Cathelineau : l’objet pathologique c’est l’affection sensible, le pathos. C’est l’inclination corporelle et celle des objets empiriques qui peuvent le satisfaire. Le Bien : un seul mot en français, deux mots en allemand : wohl : ce qui fait plaisir (le bien du bien-être), gut : le bien moral (celui de la loi morale) Pour une action morale (une éthique), nous ne devons pas nous référer à un objet pathologique, nous ne pouvons la déterminer que dans la forme de la loi universelle. Avec la découverte de la Chose, la loi s’articule à la visée du R qui est la garantie de la Chose. Le bien suprême n’est pas dans l’objet mais dans la volonté du sujet.



Michel Robin se propose pour étudier les leçons 3 et 4


Jean-Jacques Lepitre pour les leçons 5 et 6

Leçon 5
Lacan commence en rappelant que la psychanalyse a pu paraître à certains promouvoir le règne des instincts, elle n'en a pas moins souligné l'importance de l'instance morale, et du sentiment de culpabilité inconscient qui en émane, c'est ce qu'il entend serrer dans son séminaire afin de mettre en évidence la révolution de pensée incluse dans l'approche freudienne dans le domaine de l'éthique "Das Ding", il l'a extrait d'un petit passage de "L'esquisse", où Freud décrit le mécanisme en jeu du jugement de reconnaissance perceptive où est nommée "neurone a" la chose et "neurone b" son attribut, sa propriété, dans le système Psy, dans la mémoire. Il en retrouve la trace dans l'article "La dénégation". Freud à propos du jugement d'existence y distingue la chose et ses attributs, dans la mesure où la perception, mesure de la réalité, n'est pas celle d'un objet correspondant au représenté mais la retrouvaille, c'est à dire la mesure nécessaire de la plus ou moins grande coïncidence de leurs attributs. C'est cette nécessité de mesure qui serait l'indice de réalit. Et c'est cette nécessité d'une retrouvaille , et donc que l'objet soit déjà perdu, qui met en place l'examen de la réalité.
Cet objet, Das Ding, poursuit Lacan n'a jamais été à proprement parler perdu puisque n'a jamais été là, mais il s'agit néamoins de le retrouver, et c'est cette tentative qui organise les frayages neutronique en quoi consiste les représentations et leurs groupements, en vertu du principe de plaisir, c'est à dire le maintien de la quantité d'énergie au plus bas dans le sytème. Ce qui peut conduire à la production de dérivations afin de diviser cette quantité, si elle est trop forte, en plusieurs représentations, frayages de voies nerveuses diversifiées. Il rappelle le détail de "L'esquisse" quant au diamètre maximum des tuyaux, conducteurs neuronaux, susceptibles de transmettre une énergie donné... Mais semble t-il, et est-ce un apport de Lacan (?), ce principe de plaisir maintriendrait la représentation , son frayage, à une certaine distance de l'objet, (apport de Lacan, car c'est l'atteinte de l'objet qui permet la décharge, conformément au principe de plaisir). Mais objet, ici, comme Das Ding. Mais qui portant vise bien la satisfaction des besoins vitaux, mais qui trouverait sa limite en un certain seuil supérieur de quantité, qui serait différent de la polarité plaisir, déplaisir. N'y a t-il pas là de sa part une étrangeté de faire sortir cette limit, la douleur donc, de la construction freudienne. Puisque, pour autant, il le précise c'est l'impossibilité de la décharge motrice, hypothèse freudienne, amenant la baisse de quantité par satisfaction du besoin ou fuite de l'agression qui provoque la douleur. par exemple pour les douleurs d'origine interne. Et il note la proximité des neurones moteurs et de la douleur au niveau de la moelle épinière. Il en digrese à propos de l'architecture où la pierre immobilisée, figée dans la construction, le bâti présentifie quelque chose de la douleur, évocation des formes "torturées" du baroque. Quant aux représentations, éléments imaginaires de l'objet, leurre vital ouvert à la déception, en quoi l'apparence se soutient, ce qui est mis en avant, ce qui se produit à partir de la chose. C'est autour de ces représentations que tourné depuis toujours la philosophie, au moins occidentale Mais Freud en fait un corps vide, (? ne dit-il pas le contraire après?) de ces représentations. Il les situe entre perception et conscience, (soit au niveau du systme Psy) où les processus de pensée règlent, par le principe de plaisir, leurs investissements et la structure de l'inconscient dans laquelle ils se floculent, s'agrègent, etc. En représentants de représentations. Et ces processus de pensée ne sont-ils pas justement ces constructions d'agrégats, ces représentants de représentations. Qui obéissent déjà aux lois de déplacement et de condensation: métaphore et métonymie. Mais, d'autre part, nous ne savons quelque chose que par les représentations de mots qui instaurent un discours, dans le préconscient, qui s'articule, le discours, sur les processus de pensée. Ce qui vient à la conqcience, c'est laa perception de ce discours. Il n'empêche que ces représentations fonctionnent comme déjà dit selon les lois de la chaîne signifante, métonymie et métaphore. Ces représentations qui peuvent apparaître comme représentations de choses, (? mais ne le sont-elles pas toujours?) s'opposent aux représentations de mots, mais ne sont pas, ne se conçoivent pas comme étant de l'ordre de Das Ding, qui est au niveau initial de la génération des représentations. Entre Ding et Sach à différence entre objet, au sens trivial, affaire, truc,bidule, chose... donc Sach et Chose en soi, inconnaissable impensable, Être en soi... Das Ding. Il s'amuse en allemand: l'affaire est le mot de la chose.. La chose au iveua des représentations est l'absente, l'irreprésentée. Le bon et le mauvais ne sont pas de son registre, mais de celui des représentations. Lesquelles seraient indices d'un état, hors la chose, mais réglé, dirigé par la chose qui est au delà. Il tente une description: à l'entrée du système psy: les signes de perception, à la sortie: le préconscient. Dans celui-ci, les représentations de mots reflètent en un discours les processus de pensée, qui sont sans paroles, réglés par les lois de l'inconscient, c'est à dire le principe de plaisir, de moindre tension. Ces processus de pensée sont les représentants de représentations. Au niveau de Phi, le système de perception, il y a aussi un effet de seuil, certaines, choses, quantités, sont amoindris ou éliminées. Le refoulement se situe au iveau des représentants de représentations. La dénégation au niveau des représentations de mots. Celles-ci sont au niveau du discours, du préconscient donc, et la dénégation alors correspond à l'apparition à ce niveau de c qui est refoulé dans l'inconscient. Il fait une digression sur le "ne" discordantiel pour dire que lorsque Freud énonce qu'il n'y a pas de négation dans l'inconscient, ce n'est pas que l'inconscient ne connaît pas la négativité, la construction oppositionnelle, mais qu'il ne comporte pas d'équivalent à une particule négative. Il glisse à la forclusion, non du "Nom de père" mais "Nom du père". Ce n'est pas qu'un signifiant manque dans ce qui serait la batterie signifiante minimum correspondante à l'entrée dans le langage, 3 ou 4 signifiants selon lui, dans l'apport perceptif, ce serait là le "Nom de père". Il évoque quant à cette batterie minimum le fort da. Mais ce qu'il manque, c'est la place où quelque chose contient les mots, la batterie signifiante, place permettant à la fois la distance et la synchronise par où est possible la dialectique différentielle du signifian. Cette place est celle de l'Autre, celui qui est l'Autre de l'Autre. La note ici s'embrouille un peu. Cet Autre de l'Autre, on y entend le père pour la mère, le "Nom du père". Il ne vaut que par sa place, et ce qu'on trouve dans le réel pour occuper cette place n'est, au sens n'a existence, que d'être cette place même. Introduisant ansi la question du réel et indiquant qu'elle précise ce qu'il en est du principe de réalité et comment s'y rattache le sur-moi. Il n'endit pas plus pour l'instant. Il réévoque la morale. Son abord le plus général, le plus commun, dans nos sociétés, est telle qu'elle se présente dans les dix commandements. Mais avant, il rappelle que Freud apporte comme fondement de la morale, comme loi fondamentale qui l'institue, la loi de l'interdit de l'inceste.Qui est aussi le désir essentiel. Car la mère est Das Ding. Das Ding est la mère, la Chose maternelle. C'est à partir de là que se développent toutes les ramifications morales et culturelles. Ceci est toujours au moins un peu éludé, même chez Levi-Strauss où si on comprend pourquoi les pères ne peuvent pas coucher avec leurs filles de ce qu'elles soient objets d'échange rien n'est dit des mèresconcernat les mères et les fils. Ce ne sont des raisons biologiques qui pourraient venir justifier pareil interdit. Les croisements andogames sont fréquents dans les recherches d'amélioration desespèces tant animales que végétales. Non, ce que règle le rapport inconscient avc Das Ding, c'est qu'il faut que le désir pour la mère reste insatisfait pour que ne s'abolisse pas le monde de la demande qui structure l'inconscient humain, et qu'aussi ne s'abolisse pas le principe de plaisir qui fait que l'homme toujours recherche ce qu'il doit retrouver mais ne saurait atteindre. ( nb: c'est dit de façon un peu confuse: s'agissant de la Chose en soi, que signifierait son atteinte?). C'est cela qui se traduirait dans la loi effective, par exemple les dix commandements. Dans ceux-ci, il n'est pas dit qu'il ne faut pas coucher avec sa mère, mais pour autant, peut-être bien bien, ils énoncentce qui règle la distance à Das Ding, à la possibilité de l'inceste, à ce qui permet qu'il y ait parole, qu'il distingue ici du discours. N'est-ce pas plutôt cela, plutôt qu'un ensemble de règles sociales, puisque dans la vie sociale, on n'arrête pas de les transgresser.
En conclusion, avec Freud, le Souverain Bien, c'est Das Ding, la mère, objet de l'inceste, qui est donc un Bien interdit. C'est le fondement renversé, par Freud, de la loi morale. Or la loi morale, effective, est restée intacte, tout à fait positive, plutôt que renversée. On a cherché à la place de de cet objet irretrouvable l'objet qu'on retrouve toujours dans la réalité, même si c'est sous une forme fermée, énigmatique, celui de la physique moderne. C'est autour de cela, à la fin du 18ème siècle, autour de la révolution française que s'est jouée la crise de la morale, ( Kant et Sade ).
Résumé du résumé.
C'est une leçon compliquée de ce qu'il tente de faire une relecture de "L'esquisse" à la fois à partir de "Das Ding" et de certains de ses concepts précédemment élaborés.
Si on part de la définition kantienne de la Chose en soi qui est la part opaque, absolument inconnaissable de tout objet, de toute chose perçue, par opposition à la part intelligible, c'est à dire donnant lieu à des représentations à partir des perceptions diverses qui en émanent. Représentations sur les quelles l'intelligence va exercer ses capacités de combinaison, d'association, de reconnaissanc. On entend là ce que Lacan à la suite de Freud nomme les processus de pensée, dans l'Esquisse..
Lacan, à partir de deux lignes de l'Esquisse, où Freud semble faire cette distinction même qu'indique Kant, entreprend une relecture du mouvement même de l'énergie, décrit dans l'Esquisse, régulée par le principe de moindre tension du principe de plaisir, mouvement qui est celui du désir de retrouvaille de l'objet, Das Ding, qui comme tel n'a jamais été là, mais qui est toujours à retrouver, mais donc jamais atteignable, puisqu'il n'est pas.
Cette Chose originelle, inconnaissable en tant que telle, c'est la mère. C'est sur elle que porte l'interdiction de l'inceste. Loi unique et fondamentale, et désir premier, selon Freud. Car à atteindre l'inatteignable, ce seraient les lois de la parole et la structuration de l'inconscient qui seraient remises en cause, englouties peut-être par l'opacité de Das Ding, ou plutôt de parvenir à son inexistence même. L'interdit vient circonscrire, recouvrir ce qui n'est pas.

Leçon 6

Das Ding est au coeur du monde subjectif où le signifiant est dans l'inconscient mêlant ses repères à ceux que le sujet a de son fonctionnement d'organisme naturel, d’être vivant.
Das Ding est là au centre, mais en tant qu'elle n'est pas, qu'elle est exclue, cf l'objet a dans le noeud. Il n'y a que la représentation. Et le bien attaché à Das DIng. Mais ce bien est un attribut, une représentation donc, telle que résultant des frayages. Ce bien, il l'entend au sens où Kant entend le bien-être, le bonheur, le confort du sujet, se référant donc à Das Ding, mais dont la loi est le principe de plaisir, où se résout une tension liée à des leurres, à des signes, les représentations, que la réalité honore ou pas. Ces signes, qu'il rapproche des signes du changeur qu'il a évoqué dans "la causalité psychique", au travers de leur répétition comme signes du désir indestructible, filtrés dans la dichotomie plaisir/déplaisir, et où se règle la distance à Das Ding, source de tout bien-être, et qui serait ce que certains ont nommé "le bon objet".(nb: attention pour Kant justement il y a différence radicale entre bien-être et Bien, ou Bon). Différence que Lacan reprend, au delà du bien-être du principe de plaisir, se dessine le Bien, le Bon de Das Ding, se pose la question kantienne non du sujet intelligible comme la note l'indique, mais de l'être qui a une volonté libre comme cause. Das Ding est ce qui déjà fait loi au niveau de l'inconscient et dont le sujet n'a aucune protection. Et ce Bon du coup est aussi bien le mauvais, mauvais objet comme le théorise Mélanie Klein. Mais Das Ding comme telle n'est jamais ni bonne, ni mauvaise. Et le sujet s'en tient à distance, il ne saurait supporter l'extrême du bien que peut lui apporter Das Ding. ( nb: Là, il y a dans cette distance un a priori que pose Lacan avec une question: est-ce par trop de jouissance ou est-ce le néant de la Chose en soi comme inconnaissable?). Mais le sujet n'en a aucune protection, puisque Das Ding est au delà de l'entendement en même temps qu'interne. Il ne peut faire que des symptômes, et non des déplacements, substitution ou métaphores, comme défenses, au sens où le moi ne peut que s'automutiler, comme le lézard s'automutile pour se défendre en coupant sa queue. Cette défense, cette automutilation, c'est un mensonge sur le mal, concernant Das Ding. Le sujet au niveau de l'inconscient ment. Freud le décrit dans "l'esquisse": premier mensonge de l'hystérie. A savoir, cette jeune fille ayant la crainte d'être seule dans les magasins et qu'on se moque d'elle à cause de ses vêtements. Du fait, qu'à 12 ans, émue par un jeune vendeur, elle ait cru qu'on se moquait d'elle à cause de ses vêtements. Là est le mensonge, la transformation mensongère de ce qu'elle avait été pincée sexuellement, au travers ses vêtements, dans un magasin, par un vieux barbon, à 8 ans. La représentation, dans le système Psy, mensongère du vêtement, est l'indice de Das Ding devenue mauvaise que le sujet ne peut formuler que par le symptôme. Voilà aussi ce que l'expérience de l'inconscient ajoute à la question éthique, qui a aussi rapport avec le second principe, corrélat du principe de plaisir, le principe de réalité qui n'est pas simplement l'échantillonnage au niveau de la conscience, ou de la conscience perceptive, des signes d'adéquation avec la représentation. (nb: dans "l'esquisse", c'est plutôt les signes d'inadéquation, d'obligation de réajustement, de retrouvaille de la représentation avec des indices que partiellement correspondants). La réalité, c'est aussi, au delà de cette adéquation, (mais qui est aussi être à la même place?), ce qui serait toujours à la même place. Il fait référence à la sphère céleste de l'Antiquité. Et ce qui a pu en être changé par la physique de Newton et jusqu'à aujourd'hui où rien ne reviendrait à la même place.(nb: les planètes ont toujours des orbites régulières?). Or, dit-il, l'éthique reste attachée à ce qui revient à la même place, (en effet la loi morale ne saurait varier). Cette même place ne peut évoquer les structures élémentaires de la parenté, ou quelconque organisation sociale comme constantes, car malgré tout elles sont susceptibles de varier. L'éthique est au delà. Elle est là où le sujet se pose la question du bien dans les structures sociales et est amené à découvrir la liaison de ce qu se présente comme loi à la structure du désir. Désir que Freud présente comme le désir de l'inceste, mais dont le sujet se tient sans cesse à distance (nb: parce que la loi ou parce que Das Ding?). Mais distance proche, intime, comme l'est le bon voisin, le prochain secourable premier, cf "l'esquisse", où Freud notait là l'origine de la morale. Et "aimer son prochain comme soi-même", c'est la loi du sujet humain à lui-même, qu'il se fasse son propre prochain.
La loi morale a cette visée du réel comme garantie de la Chose. ( nb: de quel réel s'agit-il ici? est-ce la réalité de pouvoir la retrouver?). La crise de l'éthique, telle que manifestée par Kant, c'est lorsque le réel est remis en question par la physique demandant à reposer la question de la raison comme pure capacité, logique, et la loi morale, fondée de cette raison, ne peut avoir pour référence nul objet de passion, comme nul bien-être, car alors elle serait variable en fonction de l'objet ou de la définition du bien-être. Il en découle la définition de l'acte moral: "Agis de telle façon que la maxime de ta volonté vaille comme loi universelle". La maxime étant la loi donnée à soi-même, par soi-même, pour déterminer l'action entreprise par la volonté. L'éthique donc. Cela sous-entend que la volonté soit libre pour déterminer en raison la maxime, et que cette liberté soit générale pour que la réciprocité inclue dans l'universalité soit possible. C'est un point essentiel qu'il n'aborde pas. Ceci, cette volonté libre et bonne, ne vise en effet aucun bien-être, aucun bien au sens commun. Il se répète. Et même, dit-il, si Kant ne se faisait aucune illusion sur l'application possible de son éthique, celle-ci a tout son intérêt pour les hommes contemporains, ( nb: les lois démocratiques). Il s'amuse, détournant la maxime kantienne: aujourd'hui ce pourrait être: "N'agis jamais qu'en sorte que ton action puisse être programmée". Mais ajoute-t-il la maxime kantienne c'est aussi de considérer la maxime de l'action comme la loi d'une nature où nous serions appelés à vivre. D'une nature et non d'une société car celle-ci est plutôt le lieu des transgressions des diverses maximes. ( nb: cette question de nature est un peu délicate, car si c'est à partir de sa prépondérance, la science ayant mis à mal celle de Dieu, que s'est produite la réflexion kantienne, c'est la manque d'un instinct naturel qui permette à l'homme de régler sa conduite qui nécessite la recherche d'une éthique non fondé sur le besoin, le bien-être, mais sur le spécifique de l'homme: à savoir la raison.).
Sade pour les mêmes raisons que Kant expose, lui, une antimorale dans "Français encore un effort pour être républicains". Il commence par une attaque radicale contre la religion, et donc Dieu, comme partie absolument liée au despotisme. On peut noter, ce que n'évoque pas Lacan, l'absence chez Kant de toute référence divine également. Sade poursuit en montrant tous les avantages de la calomnie, du mensonge donc, puisque si elle vise des méchants, elle nous en prévient en quelque sorte, si ce sont des gentils, ils en sortiront grandis d'y résister. S'appuyant sur les lois de la nature ou soit disant naturelles, il va promouvoir, le vol, le meurtre, etc... S'appuyant comme Kant sur l'universalité et la liberté de chacun, il en conclut qu'au mieux cela amènerait à développer une saine agressivité dont la république a besoin. Pour s'arrêter à la jouissance: chacun a le droit de jouir de tous, et ceux-ci n'ont pas le droit de s'y dérober. Ce droit de jouissance étant universel et réciproque. Tous y ont droit et tous doivent s'y soumettre. Et les femmes comme les hommes. Elles ont les mêmes droits de jouir de qui elles veulent. C'est beaucoup plus que ce que Lacan en dit: qu'elles sont libérées de leurs devoirs habituels que la société leur impose. Sade apparaît donc comme l'envers caricatural de Kant. (nb: il est à noter que l'universel de la réciproque de Sade exclut la synchronie: on ne peut être dans le même temps baiser et baisé, tueur et tué.) Peut-être y a t-il là l'échec de l'éthique dans sa référence au principe de réalité interroge Lacan, dans son rapport à Das Ding, que Kant a relevé, que Sade a illustré, que ce qui vient à contester le non sentimental de la volonté, c'est la douleur. Dans Sade, l'extrême du plaisir, qui consiste à forcer l'accès à la Chose, est insupportable, et c'est ce qui rend difficile ses constructions, comme cela rend difficile les aveux des fantasmes des névrosés.
Cet échec de l'éthique est-il la raison de ce que les dix commandements soient toujours présents sous-jacents y compris dans des sociétés qui s'y montreraient les plus opposée, comme les sociétés socialistes. Ces dix commandements énoncés par un "Je suis ce que je suis", c'est ainsi qu'ici il traduit(?), il les commente. Le premier: "Tu n'adoreras d'autre dieu devant ma face... Est-ce à dire qu'ailleurs? Le second, bannissant les images, n'est-ce pas l'interdiction de l'imaginaire? L'obligation du shabbat, c'est la création d'un trou dans la continuité. Il s'arrête sur "Tu ne mentiras pas". Cela inscrit, dit-il, le lien intime du désir avec la loi. A rapprocher du sophisme: "Tous les hommes sont menteurs or moi qui le dit suis un homme". "Tu ne mentiras pas" sépare le sujet de l'énonciation de l'énoncé, cf la solution du sophisme, et comme loi inclut le mensonge comme désir fondamental. Et si les avocats refusent le détecteur de mensonges pour leurs clients, c'est qu'à objectiver la parole du sujet on nie qu'elle puisse dire la vérité en mentant, et mentir à vouloir dire la vérité. Ce qui fait de ce commandement une des pierres angulaires de la condition humaine. Un autre commandement: "Tu ne convoiteras pas la maison, la femme, l'âne, etc, de ton prochain". C'est en tant que chacun de ces objets sont la Chose de mon prochain qu'il m'est interdit de les prendre. Et ce commandement préserve la distance de la Chose. Alors est-ce que la loi est la Chose? Curieuse question puisque d'évidence non. Toutefois se répond-il, je n'ai de connaissance de la Chose que par la loi. Et là, il cite St Paul, "épitre aux romains", en remplaçant "péché" par "Chose". "La chose produit en moi toute sorte de convoitises grâce aux commandements. Car sans la loi, la chose est morte. Or j'étais vivant sans la loi. Et quand le commandement est venu, la chose a flambé, est venue de nouveau, moi j'ai trouvé la mort." Il conclut que le rapport de la chose à la loi ne saurait être mieux défini. (nb: n'est-ce pas étrange de substituer, et de ce fait d'égaliser "chose" et "péché", d'autant que le texte de St Paul dit que c'est la loi qui, créant le péché, produit la mort? Alors de quelle loi s'agit-il? Celle qui produit, ou celle qui indique la Chose? La loi de l'inceste qui recouvre l'inconnaissable de la Chose en soi, celle du signifiant qui la produit?). Est-ce que la découverte freudienne, l'éthique psychanalytique nous laisse suspendus dans ce rapport du désir et de la loi qui ferait que notre désir n'est dans un rapport à la loi que désir de mort... grâce à la loi, le désir prend ce caractère pécheur (péché = manque). Nous avons à explorer ce qui, dans la raison humaine, est capable de transgresser cette loi, pour produire au-dessus de la morale une érotique. En fait, c'est ce qu'ont fait toutes les religions, ce que Kant appelle les rêveries, les fantaisies religieuses. Et là une remarque quand même de ce qu'il ne dit pas, c'est que Kant comme Sade, ce à quoi ils ont affaire, c'est à la chute de toute référence religieuse, transcendante, à savoir de devoir fonder une morale à partir du seul monde matériel naturel. Y aurait-il quelque chose autour de la religion de sa part? Il finit par un jeu de mot: Si la question de Das Ding reste suspendue autour du manque, du péché, du dam, selon St Paul peut-on glisser à la Dame, et jouant sur l'étymologie dans un rapprochement avec danger, domination. Etre au pouvoir de l'Autre, c'est être en grand danger. (nb: retour au danger de Das Ding ?).


Corinne Vallet pour la leçon 7

Leçon VII – de la pulsion doctrine freudienne de la sublimation

Lacan se propose de nous mener en un point problématique non seulement de la doctrine de Freud
mais de notre responsabilité d'analystes. La sublimation. Cette autre face de cette exploration que Freud a fait en pionnier des racines du sentiment éthique.

La question est de savoir si pour nous qui nous trouvons avec Freud à portée de donner une critique nouvelle quant aux sources, à l'incidence réelle de la réflexion éthique, si l'expérience analytique relève du Bien ?

Selon Lacan nous ne pouvons faire l'économie de cette question.

Freud quelque part dans les 3 essais sur la sexualité 1905 emploie deux termes corrélatifs pour qualifier les effets de l'aventure libidinale individuelle, fixation fixierbarkeit, (en tant qu'elle est tentative de rendre explicable de l'inexplicable ), et haftbarkeit, traduit par persévération, à la curieuse résonance en allemand de responsabilité, d'engagement et c'est bien de cela aussi qu'il s'agit dans notre histoire collective d'analystes … . Lacan nous fait remarquer que n'est pas d'un seul trait que Freud a poursuivi le chemin dont il nous a légué les jalons et qu'il se peut aussi que nous soyons , par les effets des détours de Freud, accrochés à certains points de sa pensée sans avoir pu nous rendre compte de son caractère de contingence comme tout effet de l'histoire humaine ...

Lacan va s'attacher dans un 1er temps à qualifier ce qu'il pourrait en être de l'analyse dans l'ordre éthique.
Au 1er abord elle pourrait nous sembler recherche d'une morale naturelle.
Quelque chose qui nous conduirait via la maturation des instincts à un équilibre normatif avec le monde.
Lacan désigne ironiquement de « pastorale analytique » ce « chant des sirènes » ou « prêche moderne » qui entretient le malentendu, l' imposture d'une harmonie naturelle avec l'objet que l'analyse permettrait de retrouver, dénonçant ainsi les tenants du « génital love » .
Cette dimension de la pastorale n'est jamais absente de la civilisation et n'a jamais manqué de s'offrir comme recours à son malaise. Mais s'il y a une chose que nous apportent les travaux de Freud c'est bien que l'analyse ne relève pas du tout d'une amélioration naturelle mais bien plutôt de la mauvaise incidence, de ce qui tombe mal, voire même de quelque chose qui se présente avec un caractère de méchanceté.
C'est celle que dégage Freud de plus en plus tout au long de son œuvre via les obstacles et impasses repérés dans sa clinique traduits dans la notion d’un « Au-delà du principe de plaisir » et qu'il porte à son point maximum d'articulation quand il étudie les mécanismes de la mélancolie ou le « Malaise dans la civilisation ».
C'est la nouveauté du séminaire ce que Lacan désigne comme « le secret du principe de réalité » qui bien loin de s'opposer au secret du principe de plaisir se dédouble entre ce qui est réglé par les lois du langage en phase avec le principe de plaisir et un Au delà, terme qui revient sans cesse, étranger et pourtant intime, « extime » aussi difficile à nommer qu'à approcher que Lacan va désigner comme la chose .

Ce que Freud a mis en avant, c'est un conflit concernant la pulsion sexuelle, aussi entre Eros et la pulsion de mort, la pulsion de destruction, laquelle nécessite d'être réprimée et se paye pour le sujet de culpabilité, et à l'échelle sociale d'un malaise. Freud a développé la théorie du surmoi lui permettant d'expliquer le besoin de punition, le retournement de la pulsion agressive contre le sujet lui même.

Lacan pointe ce paradoxe par quoi l' instance morale du surmoi se manifeste d'autant plus exigeante qu'elle est plus affinée. Son caractère en quelque sorte inextinguible, de cruauté paradoxale. Ce qu'il appellera « la gourmandise structurale du surmoi ».

C'est là l'apport de l'analyse au terme dernier, dans le sens de ce que nous pouvons appeler au fond de l'homme cette haine de soi. Là est l'éthique dite sauvage, l'éthique telle que nous la retrouvons non cultivée, fonctionnant toute seule.

Lacan s'emploie à donner la clé du malaise dans ce qu'il avance depuis le début de son enseignement, à savoir que l'homme se trouve supporter l'ordre du signifiant.
Et c'est par le seul jeu du signifiant, la force de son articulation que nous pouvons y avoir accès au delà de ce qui apparaît comme description contingente, comédie, dévoilement du fond par l'intermédiaire du non sens, exercice auquel Freud nous a initié. ( Terence celui qui se punit lui même ).
Ce que nous voyons surgir c'est ce quelque chose qui se profile au delà de l'exercice de l'inconscient le point par où se démasque la pulsion qui n'est pas loin de ce champ de das ding vers lequel Lacan nous propose de recentrer le mode sous lequel se posent les problèmes dans le champ analytique.
Les trieb ont été découverts par Freud à l'intérieur d'une expérience fondée sur la confiance faite au jeu des signifiants , à leur jeu de substitution à traduire aussi prêt que possible de l'équivoque, de cette dérive polyglotte (le drive qui traduit en lui même en anglais le trieb allemand ) de laquelle se motive tout le jeu, toute l'action du principe de plaisir qui nous dirige vers ce point mythique plus ou moins heureusement articulé dans les termes de la relation d'objet avec toutes les confusions, ambiguïtés significatives introduites autour de la notion d'objet et de la relation d'objet dans l'analyse .

Partant de ce que Freud a formulé sur la nature des pulsions et plus spécialement sur sa façon de les concevoir comme pouvant donner au sujet matière à satisfaction de plus d'une manière, Lacan revient sur l'extraordinaire plasticité des émois pulsionnels sexuels et leur caractère de réseau, mais conteste la métaphore d'un réseau de satisfaction sous la forme des vases communicants nous rappelant que même s'il y a rassemblement des pulsions sous la suprématie du Genitalprimat , cette structure ne peut être considérée comme une vorstellung unitaire, sorte de résolution des contradictions liée à la multiplicité des pulsions partielles .

La libido est essentiellement structurée par un rapport imaginaire en tant qu'elle est vouée à glisser dans le jeu des signes, à être à la place de quelque chose pour quelqu'un. C'est là que nous trouvons l'articulation comme telle des possibilités de déplacement, de substitution, plaisirs partiels dans la libido génitale autrement dit ce rapport qui structure la libido avec ses caractères paradoxaux et se développe sous la forme de « collages surréalistes » liés à la variabilité des montages pulsionnels des différents stades .

Cet imaginaire n'a rien d'archétypique. Il n'a rien à faire avec le macrocosme.

Il revient à l'investigation freudienne d'avoir définitivement remis dans notre corps et pas ailleurs ce qui a longtemps habité la pensée théologique sous la forme du diable, d'avoir mis le diable au corps . Il n'y a plus d'aucune façon à rechercher ni le phallus ni l'anneau anal sous la voute étoilée, il en est définitivement chassé.

Lacan décèle en Luther un artisan de la modernité sans lequel l’invention freudienne n’aurait pas eu lieu proposant ainsi une improbable généalogie par delà les siècles entre le père du protestantisme et de la psychanalyse....
Luther (1483-1546) théologien, réformateur de l'église, a renouvelé le fond de l'enseignement chrétien en venant remettre en question le principe d'identité entre Dieu et le bien porté par une longue tradition philosophique et théologique et porté à ses dernières conséquences le mode d'exil où l'homme est par rapport à quelque bien que ce soit dans le monde « le déchet qui tombe par l'anus du diable ». Il l'a évacué du ciel où le plaçait la métaphysique ce qui n'a pas été sans effet sur la pensée et les modes de vivre des gens de ce temps. Il suffit de lire les sermons de Luther pour voir à quel point et jusqu'où a pu s'affirmer la puissance d' images, qui sont celles aujourd'hui investies du caractère d'authentification scientifique que nous donne l'expérience analytique. C'est au tournant de cette crise, source de déréliction pour l'homme, ce moment de chute dans le monde ce moment où il est tombé dans l'abandon qu'est sortie notre installation moderne.

Mais est ce que les points de fixation fondamentaux décrits par Freud, ces zones érogènes portent à l'optimisme pastoral ? Loin d'être une voie ouverte à la libération, telle que que chantée par les poètes, voie qui pourrait nous permettre un rapport copulatoire, total et frémissant de notre corps au monde celles ci se présentent littéralement comme la plus sévère servitude se limitant à des points élus, points de béance, nombre limité de bouches à la surface du corps d'où Eros a à tirer sa source …
Au niveau de la source des trieb, Freud nous marque le point d'insertion, caractère irréductible des formes archaïques de la libido. Ce sont les aspirations les plus archaïques de l'enfant qui sont en quelque sorte le point de départ, le noyau jamais entièrement résolu sous un primat quelconque d'une quelconque génitalité.

Au niveau du but, les substitutions semblent au premier abord presque sans limite.

Si nous reprenons la 1ère topique, notamment les 3 essais sur la sexualité, la sublimation se caractérise par un changement dans les objets, non pas par l'intermédiaire d'un retour du refoulé directement ou indirectement ou symptomatiquement mais d'une façon directement satisfaisante, la libido sexuelle vient trouver sa satisfaction dans des objets.
Des objets qui ont à prendre une valeur sociale collective.

Ainsi est définie la possibilité de sublimation, par la satisfaction substitutive liée à la valeur sociale collective de l'objet.

Mais toujours dans les 3 essais, Freud introduit une contradiction dans sa propre formulation en mettant en relation la sublimation, dans ses effets sociaux les plus évidents, avec la formation réactionnelle, en insistant sur le fait que, loin de se faire dans le prolongement d'une satisfaction instinctuelle, cela nécessite la construction d'un système de défense face à l'antagonisme de la pulsion anale.

Il faudra sa 2nde topique en particulier « Pour introduire le narcissisme » publié en 1914 et ce qu'il développe des relations de cette formation de l'idéal à la sublimation pour que la sublimation devienne un procès qui concerne la libido d'objet .

Puis un autre complément, sous la forme de cette opposition ichlibido-objektlibid , libido du moi, libido d'objet , articulé sur le plan analytique qu'avec l'Einführung ( 1916-17) pour permettre de rendre compte de la position foncièrement conflictuelle de l'homme quant à sa satisfaction et rendre aussi nécessaire ce Das ding de départ pour autant que l'homme pour suivre le chemin de son plaisir doit littéralement en faire le tour.

Ce que Freud nous dit n'est alors ni plus ni moins la même chose que Saint Paul. A savoir que
ce qui nous gouverne sur le chemin de notre plaisir ce n'est aucun Souverain Bien. Qu'au delà d'une certaine limite nous sommes concernant ce que recèle ce das ding dans une position énigmatique.

Qu'il n'y a pas de règle éthique qui fasse médiation entre notre plaisir et sa règle réelle.

Derrière Saint Paul il y a l'enseignement du Christ qui interrogé sur ce qu'il faut faire pour accéder à la vie éternelle répond : « Qui sait ce qui est bon ? Seul Lui, celui qui est au delà notre
Père sait ce qui est bon et Lui il vous a dit …. n'allez pas au-delà ».

Pour Lacan, au delà il y a « Aime ton prochain comme toi même » inacceptable pour Freud, qui après en avoir récusé les conséquences nous dit qu'un commandement d'une telle absurdité témoigne de l'importance majeure de la pulsion de destruction et de la nécessité de la réprimer.
Mais surtout il y a si l'on prend le temps de s'y arrêter le paradoxe , les béances du non sens telles qu'elles ressortent dans La parabole de l'intendant infidèle.

C'est d'ailleurs sur ce point de l'amour du prochain que Lacan sera amené à prolonger Freud et d'une certaine façon à s'en détacher, Freud éludant l'essentiel, la question de la jouissance.

Car cette négation de ce Bien qui a été l'objet éternel de recherche de la pensée philosophique concernant l 'éthique, cette pierre philosophale de tous les moralistes c'est ce qui est rejeté à l'origine dans la notion même du plaisir, du principe de plaisir comme tel en tant que règle de la tendance la plus foncière : l'ordre des pulsions dans la pensée de Freud.

Tout cela concerne le Père.

Et il faut bien reconnaître que cette position de Freud concernant le père n'est pas sans lien avec là où s'articule la pensée d'un Luther concernant Dieu … Lacan voit dans « le serf arbitre » publié par Luther contre Erasme en 1525 – celui ci avait publié « Du libre arbitre » pour rappeler appuyé par toute l'autorité chrétienne depuis les paroles du Christ jusqu'à celles de Saint Paul d'Augustin et toute la tradition des Pères - une entreprise pour accentuer le caractère radicalement mauvais du rapport que l'homme entretient avec l'homme et ce qui est au cœur de son destin , ce Ding, causa de la passion humaine la plus fondamentale Luther réarticulant les choses à ce niveau « La haine éternelle de Dieu contre les hommes, non seulement contre les défaillances et contre les oeuvres d'une libre volonté est une haine qui existait même avant que le monde fût créé »

Dans un raccourci structural Lacan va jusqu'à faire de cette haine primordiale et du rapport de Das ding à la loi ce à quoi Freud a affaire quant à la question qu'il pose sur le père, qui le conduit à nous montrer en lui le personnage qui est le tyran de la horde celui contre lequel le crime primitif est dirigé.

Ainsi Lacan fait il une lecture non imaginaire du mal, une lecture symbolique et réelle du mal avec accentuation de la dimension de jouissance celle à qui intrinsèquement le mal est lié, le mal n'étant ni le péché ni la transgression mais inséparable du désir de l'Autre en tant qu'il méconnait la dimension désirante du sujet.

Freud selon Lacan a escamoté cette dimension en se centrant sur le problème du rapport à l'objet avec l'einfuhrung .

Si nous reprenons ce problème du rapport à l'objet dans son émergence, c'est à dire dans un rapport qui est un rapport narcissique, imaginaire, l'objet s'introduit ici en tant qu'il est perpétuellement interchangeable avec l'amour qu'a le sujet pour sa propre image.

La libido du moi et la libido d'objet sont introduits dans Freud pour autant que dès cette 1ère articulation de l'einführung c'est autour de l'idéal du moi et du moi idéal, du mirage du moi et de la formation d'un idéal qui prend son champ tout seul, qui devient préférable au moi qui vient à l'intérieur du sujet donner une forme à quelque chose à quoi il va désormais se soumettre .

C'est pour autant que le problème de l'identification est lié à ce dédoublement psychologique que le sujet va être dans cette dépendance par rapport à cette image idéalisée, forcée de lui même, sorte de mirage.

Cet objet d'amour cependant n'est pas la même chose que l'objet visé à l'horizon de la tendance,
l' objet de la pulsion.

Entre l'objet tel qu'il est structuré par la relation narcissique et das ding il y a une différence et c'est dans la pente de cette différence que se situe le problème de la sublimation.

Pour terminer Lacan attire notre attention sur une note de bas de page des 3 essais où Freud fait référence aux Alten, anciens ou pré chrétiens lesquels mettaient l'accent sur la tendance elle même alors que nous la mettons sur l'objet .
Ils étaient prêts à faire honneur à un objet de moindre valeur ou de valeur commune alors que nous exigeons quant à nous le support de l'objet par ses traits prévalents.
Qu'en est il ? Freud a écrit sur les ravalements de la vie amoureuse. Mais ces ravalements , c'est au nom de quoi ?
Au nom d'un idéal lequel correspond à une modification historique de l'Eros, l'exaltation de la femme un style chrétien de l'amour dont parle Freud. Déjà cependant chez les auteurs antiques plus les latins que les grecs il y avait certains éléments de ce qui caractérise le culte de l'objet dans un référence idéalisée déterminante quant à l'élaboration sublimée d'un certain rapport .

L'objet si tant est qu'il est inséparable d'élaborations imaginaires et très spécialement culturelles, l'objet au niveau de la sublimation y trouve le champ de détente par où elle peut en quelque sorte se leurrer sur das ding, coloniser avec ses formations imaginaires ce champ de das ding.

C'est dans ce sens que les sublimations socialement reçues se dirigent et s'exercent mais elles ne le sont pas uniquement en raison de l'acceptation du bonheur trouvé par la société dans les mirages que lui fournissent ceux qui créent ces formes imaginaires.

Ce n'est pas simplement pour la sanction qu'elle y apporte en s'en contentant que nous devons chercher le ressort de la sublimation .

C'est dans le rapport d'une fonction imaginaire, très spécialement celle à propos de laquelle peut nous servir la symbolisation du fantasme, la forme sous laquelle s'appuie le désir du sujet .
C'est pour autant que socialement, dans des formes spécifiées historiquement, il se trouve que les éléments « petit a » , éléments imaginaires du fantasme, viennent à être mis en place, recouvrir, leurrer le sujet au point même de das ding.

C'est ici que doit porter la question de la sublimation.

Dans les prochaines leçons il se propose d'aborder l'amour courtois au Moyen Age, le théâtre élisabéthain en tant que nous y trouvons le point tournant de l érotisme européen pour autant que se produit à ce moment cette promotion de l'objet idéalisé dont nous parle Freud, lequel nous a laissé devant un problème d'une béance renouvelée concernant le das ding des religieux et des mystiques au moment ou nous ne pouvions plus en rien le mettre sous la garantie du père.




Rima Traboulsi pour les leçons 8 et 9

Articulation de la Chose à l’Ethique

Dans ces 2 leçons, Lacan fait des allers retours entre 2 concepts : la Chose et la sublimation, afin de mettre en lumière leur implication dans l’Ethique analytique et ce au moyen des notions d’objet, de pulsion et de désir.
Leçon VIII
L’objet et la Chose
Points à retenir, certains qu’il développera dans les leçons suivantes :
I) Das Ding comme nécessité interne à la psychanalyse
Point de départ de la leçon VIII, la pertinence du concept de la Chose (un « détail » peu développé dans l’Enwurf), au regard de la psychologie des affects. Lacan critique celle-ci car elle méconnait en elle-même que sa matière, la pensée, est soumise à la texture de la chaîne signifiante dont la logique apporte avec elle la négation, le clivage, la division.
Il rappelle que pour Freud, pour qui l’affect n’est qu’un signal, que Das Ding se situe au-delà du Principe de Plaisir (PP) et du côté du sujet et non de l’objet. Elle est cet intérieur exclu du Moi-réalité qui fait référence à ce quelque chose qui, dans la vie, préfère la mort. Lacan se propose d’éclairer la manière dont nous avons affaire à Das Ding au niveau de l’Ethique, non seulement dans son approche mais aussi dans son rapport au désir individuel et aux exigences sociales.
Pour les analystes Das Ding est une nécessité interne, dans leur expérience analytique, visible dans la théorie.
II) La Chose et la sublimation chez Mélanie Klein
Pour cela, il part de la pensée Kleinienne qui met le corps mythique de la mère à la place centrale de Das Ding et l’articule à la sublimation qui serait une réparation symbolique des lésions imaginaires apportées à l’image fondamentale du corps maternelle mais selon Lacan, Mélanie Klein omet une dimension qui est l’évaluation de la sublimation, au regard de la reconnaissance sociale. Freud, lui-même, avait dit que toute production est historiquement datée.
Si on élargit le concept de sublimation à la question de l’Art, une nouvelle question se pose : quelle satisfaction la société peut y trouver ?
C’est là, dit Lacan, le problème de la sublimation, en tant qu’elle crée un certain nombre de formes dont l’art n’est pas la seule.
III) La sublimation dans son rapport à l’objet et à l’Ethique
Lacan pose que la sublimation a à être jugée en fonction du problème éthique c’est-à-dire des valeurs socialement reconnues qu’elle crée.
Concernant l’Ethique Il évoque la perspective Kantienne qui insiste sur le poids de la raison et de la douleur comme corrélative de l’acte Ethique. (Ex des 2 prologues) pour pointer ce qui échappe à Kant, à savoir la surévaluation possible de l’objet. Par exemple, celui de l’objet de la passion amoureuse qui prend de ce fait une certaine signification.
Lacan introduit là, la dialectique où se situe la sublimation de l’objet féminin en s’appuyant sur Freud qui énonce que la libido est portée plutôt sur l’objet que sur la tendance.
Il poursuit en faisant un détour par la Mine (amour courtois) pour approcher certaines traces en nous du rapport avec l’objet. Il évoque 2 formes de transgression au-delà du PP :
- soit par sublimation excessive de l’objet (la femme)
- soit par perversion.

IV) Articulation Das Ding, pulsion et sublimation,
Pulsion et sublimation, sont dans un rapport au désir. Donc face au critère du PP, un autre critère entre en jeu il concerne Das Ding comme lieu des pulsions et donc du désir du sujet.
2 remarques sont à prendre en compte :
- la satisfaction des pulsions conduit rarement à l’émergence de relations tempérées entre l’être humain et ses semblables
- La sublimation est elle-même rattachée aux pulsions.
V) Problèmes posés par le concept Freudien de la sublimation
Lacan fait un retour sur le concept de la sublimation qui, pour Freud, est une forme de satisfaction des pulsions par détournement de son but. Freud nous incite à ne pas confondre but et objet et à différencier sublimation et idéalisation car dans l’idéalisation il y a identification du sujet à l’objet alors que la sublimation est « autre chose ».
Lacan, lui, propose un autre abord afin d’éprouver la valeur et la fonction de la sublimation car plusieurs questions se posent :
Qu’est-ce que la satisfaction des pulsions ailleurs que dans son but sexuel ?
Est-ce que la libido est désexualisée ?
Est-ce que ce nouvel abord va venir compléter la solution imaginaire de Mélanie K.
VI) Objet et Chose dans la définition de la sublimation
Lacan avance que la pulsion a un rapport avec Das Ding en tant que Das Ding est différente de l’objet, il propose de considérer la sublimation comme une satisfaction des pulsions par le rapport qu’elle maintient avec la Chose.
C’est ce qui nous permet de sortir de l’impasse de la désexualisation de la libido.
Das Ding est différent de l’objet celui-ci n’étant que l’image, le reflet, l’autre chose de la Chose.
La sublimation selon L élève un objet à la dignité de la Chose.
Illustration dans l’amour courtois où l’objet féminin a été, inconsciemment, sublimé en même temps que, consciemment, un déplacement s’est produit donnant lieu à une production de règles et de codes qui ont promu cet objet à une fonction particulière alors que c’est un objet « naturel ». (Femme élevée à la dignité de la Chose)
D’un point de vue topologique, dans cette notion de la Chose, il n’y a pas de glissement mais un « cernement » par un réseau de buts (p 185).
Pour qu’au niveau de l’art, l’objet vienne à cette place de la Chose, il faut que quelque chose se soit passé au niveau du rapport de l’objet au désir.
VII) Le prologue de Jacques Prévert comme illustration
Lacan rappelle que l’objet comme fondement de la collection est différent de l’objet de l’analyse ; celui-ci (l’objet de l’analyse) est un point de fixation imaginaire donnant satisfaction à la pulsion, l’objet de la collection est « autre chose ».
A la fin de la leçon, il donne l’exemple de la collection de boites d’allumettes vides de Jacques Prévert et de son effet ornemental. Le choc n’est pas dans le rassemblement de ces boites mais dans la révélation que la boite d’allumette est une Chose car elle se présente, du fait même de sa forme et de la disposition qui en est faite (tiroir plus ou moins tiré avec ce vide en son centre et boites qui peuvent « s’enfiler ») avec un pouvoir copulatoire. La disposition, l’image dessinée par la composition de Prévert, était destinée à nous le montrer et à accentuer la révélation de la Chose au-delà de l’objet.

Leçon IX

Dans la leçon IX, Lacan reprend certains développements de la leçon précédente pour les approfondir et les mener plus loin, notamment d’un point de vue topologique.
Il démarre son propos par :
I)La fonction de la Chose dans la définition de la sublimation.
Il fait référence aux travaux de Glover qui lui-même cite 2 articles de Mélanie Klein :
Le 1er : « Infant Analysis » évoque chez l’enfant des fonctions essentielles de sublimation qui peuvent être inhibés secondairement quand elles sont trop libidinalisées.
Le 2ème : « Contributions to Psychoanalysis » que Lacan regrette de n’avoir pas lu plus tôt car il lui a apporté la satisfaction de la bague au doigt. Cet article comporte 2 parties :
Dans sa première partie M.K démontre à travers l’œuvre « l’enfant et les sortilèges » (thème de Colette et musique de Ravel) que celle-ci colle avec la succession de fantasmes concernant le corps maternel, que sa théorie a décrit. (Agressivité primitive, contre-agression, correspondants aux positions schizo-paranoïde, sadique anale, dépression etc)
Dans la partie suivante, la plus remarquable, selon Lacan, elle décrit un cas clinique (pris chez une autre analyste et intitulé « l’Espace vide ») qui viendrait également confirmer cela. Cas limite ou dépression mélancolique, il s’agit d’une femme qui n’avait jamais peint auparavant et qui s’est souvent plainte d’un espace vide en elle. Elle se marie et son état s’améliore, au début, puis à nouveau survient un accès mélancolique suite à la vente d’un tableau de son beau-frère, tableau qui laisse un espace vide dans la pièce qui était tapissée de ses tableaux. Finalement elle décide de peindre un tableau, au plus près du style des autres, imitant son beau-frère, à tel point que quand elle lui montre, celui-ci se met en colère car il ne peut croire qu’elle en est l’auteur.
C’est, essentiellement, malgré l’imprécision de ce cas, de ça qu’il s’agit.
Cet exemple est la confirmation d’une structure topologique, schématisant la manière dont la question de la Chose se pose.

II) Eclairage topologique
Mélanie Klein, elle, n’y voit que la confirmation des phases de toute sublimation/corps de la mère.
Lacan, lui, s’amuse de cette sorte de topologie sur laquelle se place les sublimations et souligne à nouveau que la sublimation est d’abord en rapport avec la Chose, celle-ci occupant une position centrale quant à la constitution de la réalité du sujet (p 193).
Il revient sur le prologue de Jacques P. (rappel la sublimation est la transformation d’un objet en une Chose). Pour préciser que la Chose est toujours voilée, il faut la contourner pour la concevoir. (Irreprésentable, pas d’accès direct, obligation donc de passer par « autre chose ») Ceci, car elle est ce qui du réel pâtit du signifiant puisque c’est en éléments signifiants que se constitue le système ψ, lui-même soumis à l’homéostasie, à la loi du PP. Dit autrement, le Signifiant fait trou dans le Réel, ce trou est le lieu de la Chose.
L’organisation signifiante de l’appareil psychique domine, il n’y a rien entre le réseau des représentants de la représentation et le réel, dans lequel le champ de la Chose se constitue et se présente en négatif entre les deux. C’est dans ce même champ que l’objet retrouvé de Freud se situe. (Association avec le NeBo : trou dans lequel se loge l’objet a)
Lacan fait remarquer que Freud n’a jamais dit que cet objet ait été réellement perdu. L’objet est dans sa nature retrouvé et c’est ce qui fait qu’il a été perdu (déduction logique nécessaire). Ici réside le parallèle avec les caractéristiques de la Chose.
Ce n’est jamais Das Ding qu’on retrouve mais ses coordonnées de plaisir. La Chose, elle, est représentée par autre chose.
III) Articulation signifiant, objet crée et Chose
Remarque : Ce qui est retrouvé est cherché dans les voies du signifiant or cette recherche est au-delà du PP. La fonction du PP est de porter le sujet de signifiant en signifiant afin de ramener le niveau de tension au plus bas.

D’où plusieurs questions :
- Comment le rapport de l’homme au signifiant le met en rapport avec un objet qui représente la Chose ?
- Que fait l’homme quand il façonne un signifiant ?

Rappel :
- les signifiants sont façonnés par l’homme
- Les structures d’opposition sont ce qui constitue le signifiant
C’est à ce niveau que l’articulation avec la sublimation (en tant que création) peut se faire. La notion de création comprenant le savoir du créateur et de la création, est centrale non seulement/ à la sublimation mais aussi / à l’Ethique (p195).
Lacan pose qu’un objet, peut remplir la fonction de ne pas éviter la Chose comme signifiant (maintient d’un rapport cf leçon VIII) il peut la représenter par un objet crée.

IV) Fonction signifiante du vase
Il prend appui, sur la fonction artistique du potier et de sa création, le vase, depuis longtemps pris comme support parabolique, métaphorique des mystères de la création, notamment par Heidegger) pour qui (et c’est ce que retient Lacan) le vase est la conjonction de l’humain et des puissances sacrées, célestes et terrestres.
Pour Lacan/vase : il faut distinguer son usage de sa fonction signifiante et s’il est pris comme premier signifiant façonné, il est à prendre comme exclusivement signifiant avec « rien de particulièrement signifié ». (Différence avec Heidegger)
Le « rien de particulier » qui caractérise le vase, dans sa fonction signifiante, est que dans sa forme il introduit dans le monde, le vide et la possibilité du plein. (Pas de plein sans vide) (p 198).
V) Création ex-nihilo
Il donne l’ex du pot de moutarde, « Bornibus » qui a pour essence de se présenter comme un pot de moutarde vide (// avec parole vide et parole pleine). Cette illustration permet de situer que c’est autour de ça (du vide) que se trouve le problème central de l’Ethique et non autour de Dieu, d’une puissance raisonnable ou du « souverain Bien » ; sinon, comment expliquer que quoique l’on fasse ou pas le monde aille si mal.
Ce qui n’est jamais mis en valeur en valeur dans le prologue de l’acte créateur (quelque soit le domaine) c’est que tous les développements s’appuient sur la matérialité du « vase » et sur un postulat « rien n’est fait à partir de rien ». Toute la philosophie antique est pensée selon l’idée, toujours présente, que la matière est éternelle et close et que le monde des rapports interhumains, celui du langage est inclus dans cette nature éternelle et limitée.
Or la Chose, ce vide au centre du réel, se présente dans la représentation comme « rien ». Le vase est créé à partir du trou central, toujours élargi et bordé par les mains du créateur (potier) (p 199).
Le façonnement du signifiant (vase) se situe donc dans la notion de création ex-nihilo, avec l’idée, qu’un jour dernier, toute la trame de l’apparence se déchirera à partir de cette béance introduite.

VI) Perspectives Ethiques
De tout temps, l’articulation du problème moral s’est faite autour de l’idée du Bien, du Beau (l’œuvre étant du côté du beau) puis autour du bienfait ou méfait de l’œuvre.
Lacan trouve l’exemple du vase, de par sa tripartition, éclairant, pour localiser le Mal :
1°) dans l’œuvre : position du Taoïsme pour qui l’œuvre comporte autant de bien que de mal et qui prône une position de renonciation.
2°) dans la matière : ex dans le Catharisme qui pense que c’est le mauvais créateur qui a transformé la matière et que la position à tenir serait de maitrise, de contrôle dans une recherche de pureté qui in fine, ne peut être atteinte que dans la mort. Même perspective chez Aristote pour qui la transformation perpétuelle de la matière est le lieu du mal.
3°) ailleurs, le mal peut être dans la Chose en tant qu’elle n’est pas ce signifiant qui guide l’œuvre, pas non plus la matière de l’œuvre mais qu’elle définit l’humain (p 204) en tant qu’il nous échappe. Cette position maintient l’humain au centre du mythe de la création, (le mal est toujours pensé en terme créationniste)
Ici l’humain, comme la Chose, est ce qui du réel pâtit du signifiant.
Lacan en fin de leçon, fait un détour par la pensée de Freud qui nous fait poser le problème de ce qu’il y a au cœur du fonctionnement du PP, (celui-ci est présent dans le système φ 1aire et Ψ 2aire mais la fonction du plaisir est-elle la même ?) à savoir un au-delà du PP et qu’il a lui-même appelé une foncière « bonne ou mauvaise volonté » qui n’est pas à entendre comme la définition de ce qu’est un homme bon ou mauvais.
Il s’agit pour Lacan, de prendre en compte , l’ensemble c’est-à-dire le fait que l’homme , en fin de compte, est façonné et introduit dans le monde par ce signifiant, ce signifiant étant lui-même façonné à l’image de la Chose qu’il nous est impossible de nous imaginer. « C’est là le problème de la sublimation. »
VII) Ouvertures pour la suite du séminaire :
Pour finir, il revient rapidement sur la Mine et pose la question de l’existence ou pas d’un lien entre le Catharisme et l’amour courtois, fondement de toute une morale, de toute une éthique. Il souligne le paradoxe stupéfiant entre les mœurs de bandits et l’élaboration des règles de l’amour courtois (c’est-à-dire d’une relation de l’homme à la femme) où l’objet féminin, la Dame, loué, servi, semble faire référence à une seule personne alors que les protagonistes sont nombreux et bien réels.
Il conclue que l’analyse peut résoudre ces énigmes car permet de considérer ce phénomène comme une œuvre de sublimation (p 206) ; en d’autres termes, on donne à un objet, la Dame, valeur de représentation de la Chose.
Il termine en faisant remarquer que nous sommes tous pris, dans la notion de Créateur (même si celle-ci reste obscure). Si du fait des apports de Freud, nous sommes convaincus que Dieu est mort. Il faut se souvenir que Dieu est sorti du fait que le père est mort (il est venu à cette place laissée vide) c’est le père mort à l’origine qu’il dessert, il était donc mort depuis toujours.
Pour Freud, la question (du Créateur) se pose aussi / à la science dans cette même perspective. C’est en fonction de ceci que se pose, pour nous, le mode sous lequel la question de la Chose se pose.
La pulsion ne peut se limiter à une notion psychologique, elle est ontologique et répond à une crise de conscience que nous ne pouvons repérer car nous la vivons.
Lacan termine en proposant d’articuler la manière dont nous la vivons afin de nous en faire prendre conscience.



Das Ding de Heidegger. Résumé.

Notion de proximité c’est le point de départ. Constat par Heidegger d’une rétraction des distances : accès plus direct, mais pas plus de proximité (celle-ci est indépendante de la distance).

Qu’est-ce que la proximité quand tout est également proche, également lointain ?
Exemple de la bombe atomique, l’homme ne peut détacher sa pensée des suites que pourrait avoir cette explosion. Son angoisse désemparée est en attente d’un effroyable qui a déjà eu lieu.
Ce qui terrifie étant ce qui fait sortir tout ce qui est de son être antérieur.
Quelle est cette chose qui nous met hors de nous ? Qui se montre et se cache puisque la proximité, de ce qui est, demeure absente.
Dans la proximité, il y a des choses.
Qu’est-ce qu’une chose ?
Exemple de la cruche. La cruche est un vase contenant en soi « autre chose ». Le contenant étant le fond et les parois (ce tenant pouvant lui-même être tenu par l’anse).
Le vase est quelque chose qui tient en soi. Donc autonome, il devient un objet par perception directe ou souvenir.
Mais c’est une chose pas parce que c’est un objet représenté ni parce qu’elle peut être objectivée.
La cruche est un vase même si pas de représentation. Comme vase, la cruche tient en soi.

Caractéristique de la cruche comme Chose
/ à la matière
/ à la production
La cruche comme vase a été produite par le potier. La matière c’est la terre, l’argile.
Si on considère la cruche comme un récipient produit, (par l’homme), il est une chose et pas seulement un objet.
La cruche n’est pas simplement un objet de la représentation mais objet d’une production.
C’est la production et le tenir en soi qui caractérisent la cruche comme chose.
Qu’est-ce qui appartient à la chose comme telle ? Qu’est-ce que la chose en soi ?
Pour y répondre il faut d’abord penser la chose en tant que chose.
Dans l’ex : la cruche est une chose en tant que vase, non pas du fait d’être produite, mais parce qu’elle se tient et se con-tient dans ce qui lui est propre et non pas dans les mains et les pensées du potier.
Question de l’origine de la chose : « pro-venir »
Le vase est un contenant. Il contient grâce aux parois et au fond qui ne laissent pas passer le liquide. Mais en fait, ce qui contient c’est le vide, fond et parois ne contiennent pas.
Le potiers saisit le vide, lui donne forme en façonnant l’argile.
Le vase est une chose du fait du vide qui contient et non de la matière.
Remarque : pour les physiciens ce n’est pas du vide, mais de l’air (vide comme rien rempli par l’air).
/ à la réalité scientifique, remplir la cruche c’est échanger un liquide par un autre. Ceci est réel mais cette réalité n’est pas la cruche.
Cette réalité n’est que ce que la représentation scientifique a elle-même admis comme objet possible. La science représente quelque chose de réel puis règle objectivement ses démarches.
Le savoir scientifique est contraignant, car il oblige à annuler la chose qu’est la cruche. Il ne prend en compte que les objets.
La choséité de la chose demeure oubliée car la science suppose que son expérience atteint le réel dans sa réalité.
La chose n’a jamais pu apparaître comme chose à la pensée ( !!! car non pensable, représentable ?)
Qu’est-ce que la chose comme chose pour qu’elle ne soit jamais apparue dans son être ?
Dans la cruche, nous nous sommes représenté le vide comme ce qui reçoit ou comme cavité remplie d’air(pensée du physicien) donc ici le vide est pensé comme réel.
Nous n’avons pas pensé au contenant ni à ce qui peut être contenu et comment c’est contenu.
A la question, comment le vide contient, la réponse est en prenant ce qui est versé.
De fait, le vide a 2 façons de contenir :
- en prenant
- en retenant
Mais aussi en déversant !
La cruche vide, elle aussi, tient son être du versement, bien qu’elle ne permette aucun versement hors d’elle.
Dans le versement, du fait que ça implique recevoir, on a :
- le ciel
- la terre
Du fait que ça implique l’offrande, on a :
- le mortel
- le divin
Donc dans le versement du liquide offert, nous avons les 4. Ce versement est versement pour autant qu’il retient les 4, « retenir » dans le sens de faire apparaître.
On peut dire que la cruche comme cruche accomplit son être dans le versement.
Celui-ci rassemble en lui le double contenir : prendre et retenir, le contenant, le vide et le versement comme don.
Dans le versement, il retient et fait apparaître le Quadriparti
Donc l’être de la cruche est le rassemblement qui verse, qui offre et qui rend présent la Quadriparti
Bouclage logique de son propos
Développement étymologique sur les différents termes, « thing », « dinc », « res » « cause », qui renvoient à « ce qui touche à l’homme » puis retour à la signification du mot « Chose » notamment dans le sens de « rassembler ».
La cruche est une « chose » en tant qu’elle rassemble.
Comme elle rassemble, elle retient.
Comme elle retient, elle rend les 4 dans une proximité tout en maintenant leur lointain.
La proximité conserve l’éloignement. Quand quelqu’un dit l’un, on pense les autres.
La chose rassemble le monde mais attention tous les objets ne sont pas des choses.






Christian Lemaire pour la leçon 10

Dans l'hommage fait à Marguerite Duras, du "ravissement de Lol V. Stein" , Lacan écrit ceci :
"les noces taciturnes de la vie vide avec l'objet indescriptible"
Ce pourrait être la leçon de cette leçon du 3 février 1960.
Dans cet hommage, il relève en Marguerite d'Angoulème, reine de Navarre et en Marguerite Duras, une commune "charité sévère sans grande éspérance" où "la sublimation opère la tentative d'une récupération d'un objet-sans-espoir."
On voit dans "l'héptaméron"de Marguerite de Navarre, et selon la leçon de Lucien Febvre : "la vie nue, celle de la pureté, du mariage, mais aussi du mensonge, ou du viol. Ces récits donnent prétextes à la réflexion morale qui suit chacune des 72 histoires données pour vraies. Si l'objet fuit, et se poursuit, c'est sans doute d'être le miroir de la profonde division qui anime les protagonistes de chaque histoire.
Dans le roman de Marguerite Duras, Lol V. Stein, la vie vidée fuite. Il s'y étale la chose/non-chose comme une anamorphose en travers du récit. Lola.Valérie.Stein est dé-possédée, possédée par sa dépossession. A partir de cette dé-possession de l'amour, dès l'origine du roman, la déflagration d'un trou dans le champ visuel de cet être, organisera tout l'errance de récupération.
La fonction de l'amour courtois, que l'on pourrait croire circonscrite dans le temps et comme relevant d'un problème d'ésthétique, Lacan annonce vouloir en montrer le retentissement actuel sur un plan éthique concernant les rapports entre les sexes, comme forme exemplaire de sublimation dont les effets sont de nature à nous rendre sensibles à ce que la psychanalyse porte au premier plan comme l'important de la sublimation.
La valeur d'exemple localisé de cette occurence de sublimation dans la ligne du rapport homme/femme, Lacan nous met en garde de ne pas y réduire la sublimation.
La théorie freudienne est de nature a apporter certaines lumières à ce que les spécialistes qui se sont attachés à cette question de l'amour courtois, reconnaissent unanimement n'avoir pas réussis à en expliquer l'émergence historique. La recherche des influences, revenant à reporter le problème.
C'est , nous indique Lacan, que le problème a sa source dans la communication de quelque chose qui s'est produit à côté. Encore faut-il savoir comment ça c'est produit à côté?
L'abord freudien aura valeur de méthode. Celui-ci ci implique de prendre cette question par son coeur et non pas en ayant recours à sa périphérie.
Le geste de Lacan est de mettre en action un élément distinctif, un outil de discernement propre à servir de repère afin d'ordonner la lecture. Sur le cadran solaire, le gnomon est ce stylet, fonction d'équerre qui permet la lecture de l'heure.
Cet élément gnomique, c'est le vide déterminatif , d'où se profile, selon un ordre inversé, la chose qui n'est représentable que par son ombre. Ce ne serait pas la première fois que du néant, du négatif, on fasse surgir l'étant. C'est de ce surgissement que l'homme est mis en fonction de médium, entre le réel et le signifiant. Je n'exclus pas sous ce vocable de "médium" d'entendre toutes les formes de diableries dans lesquelles l'homme peut se réhausser : sorcellerie, divination, magie telle que Marcel Mauss l'intègre dans le fait social global.
Rappelons nous que les procès Cathares se firent majoritairement sur ce fond : A l'endroit même de la profession de pureté, l'inquisition a diabolisé la quête Cathare en traquant la figure diabolique supposé de leur adoration, ce "Baphomet", animal/homme à l'ambiguité sexuelle .
Revenons à cette ossature, ternaire: le réel et le signifiant, centré par la chose/le vide, où l'homme est mis en fonction de médium. Lacan fait jouer cette ossature comme une schématique propre à saisir par quelle voie se situe la chose dans ces formes créés par l'homme, qui sont du registre de la sublimation ; où le vide détermine la sublimation.
Il articule ces traits essentiels afin de rendre compte de ce qu'il en est de trois modes de rapport à ce vide pour trois formes d'existence : ces trois modes sont l'art, la religion et la science. Les trois formes d'exister sont l'hystérie, l'obsessionalité et la paranoïa
Ceci se décline comme suit :
: l'art est un mode d'organisation autour de ce vide où le sujet se trouve en position hystérique.
: la religion, est un mode d'évitement de ce vide. L'obsessionnel tient ce vide en respect de manière indéfectible.
: le troisième terme qu'est le discours de la science, Lacan en voit la généalogie dans le discours de la sagesse dont la philosophie est l'héritière dans notre tradition. Ce mode est un certain rapport à la vérité. Les marqueurs en sont le soupçon, la certitude, l'incroyance dont la paranoïa se fait le lieu dont le sujet est expulsé.
L'idéal du discours de la science se profile dans l'incroyance et sa perspective de savoir absolu.
Dans l'art il y a une forme de refoulement de la chose.
La leçon résonnera probablement pour Roger Dragonetti. Dans le "gai savoir dans la rhétorique courtoise". il suggère que les lacunes des textes de la poésie courtoise sont constitutives, consubstancielles à cette forme. Il note ce que les troubadours attentif et travaillés en eux-même par le travail de la lettre, soulignent, trouvères et troués, "trovëre/trouëre" sonnent ensemble. Poésie du son, de la disparition du nom ou de sa dissémination à l'intérieur du texte, de l'énigme et des perspectives dont on à pas encore dit qu'elles étaient dépravés, mais où le trompe l'oeil est le mode du mi-dire, de voir et de dire-vrai, pour paraphraser un long poème de Guillaume de Machaut.
Une lecture rasante du texte de Duras, par le bon angle du tableau, nous laisse entrevoir le vide du personnage éponyme s'enroulant et avançant dans le récit. Les narrateurs diffractés dans les miroirs de la narration oscillent autour de deux postures rhétoriques, celle du "croire" et celle du "voir". Le nombre d'occurence de ces deux verbes fait style chez Marguerite Duras, presque tout le style, faisant de ce texte à l'instar de Guillaume de Machaut, un "voir-dit".
Pour en terminer avec ce qui en creux animent Marguerite de Navarre et Marguerite Duras, l'une écrit en au XVIème siècle, pour passé le temps dit-elle, fuire l'ennui, la cause énoncée est une crue, une inondation au lieu même où le groupe qui raconte et écoute et commente les histoires, étaient venus prendre les eaux de cure..c'est comme un principe générateur de l'Héptaméron, l'autre Marguerite au XXème nous dit qu'elle écrit parce qu'elle n'a pas le courage, de ne rien faire.
René Spitz est d'origine hongroise, Ferenczi l' adresse à Freud. Pour lui, la relation réciproque entre la mère et l'enfant d'avant la parole, est la matrice du développement des relations sociales. Avec la "cavité primitive", c'est l'ontogenèse de la perception qu'il vise. Par ailleurs, il repère trois organisateurs du développement psychique de l'enfant. Ce sont : la réponse au sourire comme ontogenèse de la relation sociale , l'angoisse, et le non.
Quand à l'émergence de ce "non", avant l'apparition du langage, Spitz l'origine d'une dialectique de deux gestes, gros de possibilité signifiante :
d'une part, celui de la tête d'avant en arrière lors de la têtée, au moment de la consommation et au moment du retrait du mamelon. Précurseur du "oui"
d'autre part il origine dans le fouissement (rooting) du museau (snout) à l'approche du sein l'enracinement du vocable "non" comme geste précurseur de la forme sémantique.
Lacan souligne qu'il s'agit d'un geste d'approche, d'attente de la satisfaction. Ce geste s'inscrira comme une trace, un dernier souvenir face à ce qui peut surgir lorsque le sein se refuse, comme une catastrophe. Le modèle de la névrose traumatique permet d'approcher celui de la frustration. La reprise du fouissement dans le geste du "non" n'est pas une régression. C'est l'utilisation d'un motif , d'une forme, qui existe et est réactivée par identification avec le "non" de la mère.
Peut-être vaut-il de faire un détour par cette phase de la frustration puisque c'est dans ces parages que s'installe le voisinage du "nebenmensch" et que la chose pose son ombre sur l'objet.
Liée au premier âge de la vie, le mécanisme de la frustration est rendu possible par un précipité et un retournement, dans le paysage fondamental de ce qui n'est pas encore l'organisation des relations primitives de l'enfant concernant l'objet.
Ce paysage fondamental est constitué par la relation dialectique entre principe de plaisir et satisfaction où l'hallucination est le moyen de cette relation. Son régime est celui de l' absence/présence, dans une période où la relation du sujet est centré sur l'image/rapport primordiale au sein maternel. L'élément catastrophique qu'évoque Spitz, est la possibilité qu'un "non" , qu'un refus, qu'une négation, s'interpose entre le principe de plaisir et la satisfaction. Le régime absence/présence s'en trouve complexifié par la constitution, la réalisation, de l'agent de la frustration ,la mère en général, et la constitution de l'objet réel.
Cette séquence se spécifie d'être posé objectivement ET articulé vocalement : l'objet maternel est appelé et rejeté selon le même registre qu'est l'appel ; amorce de l'ordre symbolique.
Dans cette séquence, l'agent se constitue comme puissance, dé-couplée de l'objet de satisfaction de l'enfant.. Du fait qu'elle puisse répondre ou pas, à son gré, elle s'autonomise de ce qui la fait objet présent/absent en fonction de l'appel, elle change de registre. Un retournement s'opère où la mère devient réelle et l'objet devient symbolique. L'objet devient la marque de la valeur de cette puissance, témoignage du don de la puissance maternelle. A partir de ce moment, l'objet à deux propriétés : il répond à un besoin, et aussi, il symbolise une puissance qui détient tout ce dont le sujet peut avoir besoin et qui peut lui être refuser. Cette toute puissance est une mise sous dépendance symbolique. D'où se déduit que c'est la mère qui est toute puissante, pas l'enfant.
Il faudra pour que s'ordonne un passage au niveau de la loi, qu'on se serve de la fonction "père".
Le vide dont Lacan fait le tour, est une mise en valeur de l'irréductible qui dans la tendance se propose à l'horizon d'une médiation.
Du fait même qu'il soit soumis au principe de plaisir, l'homme est engagé dans les voies du signifiant, ce qui a une incidence sur le réel psychique. L'encerclement de la chose est impliqué par notre rapport au signifiant
La chose est donc ce qui du réel pâtit de ce rapport fondamental
Ni la science ni la religion ne sont de nature à sauver ou à donner la chose. Et cette chose que tend à réaliser la sublimation reste une illusion.
Aucune réification ne saurait résorber ce vide
Dans le réel psychique, la chose pâtit du signifiant, et on ne répond qu'avec ces signifiants en jeu.
Que se passe-t-il lorsque le lexique ne remplis pas les conditions de possibilité de la pensée?
A propos de la limite de l'in-croyance, qui forme un chapitre du texte que Lacan met en avant, Lucien Febvre resitue Rabelais dans le contexte de la langue qui est en jeu,"Questions de milieu" chapitre-t-il , dans le monde de Rabelais , se pose cette question : "..quelle netteté, quelle efficacité pouvait avoir la pensée d'hommes qui pour spéculer, ne disposaient pas encore dans leur langue, de ces mots usuels qui reviennent d'eux mêmes dès lors que nous commençons à penser". Suit ici trois pages de "mots qui manquent". Là-bas au XVIeme siècle, manquent les mots qui auraient permis de discriminer ce qu'il en était du finis et de l'infini dont L. Febvre fait la généalogie depuis les grecs. Manquent ceux afin de mettre en crise la question entre l'hypothèse et la réalité et pour finir je le cite : "au vrai, personne n'avait le sens de l'impossible.../.. la communication entre naturel et surnaturel demeure incessante et surtout normal".
Là-bas au XVI ème comme ici, certaines dimensions, comme la croyance ou l'incroyance sont assujetties au mode dans lequel l'homme est parti-pris au champ sémantique qui représente le monde et donne sa substance à l'homme. Par extension, qu'en est-il de la transformation du lexique, que ce soit en 1933 ou en 2020?
Bossuet est précurseur en utilisant la métaphore de l'anamorphose dans un de ses sermons. Je ferais court : si vous ne voyez pas dieu c'est une question de perspective, vous êtes au mauvais endroit.
Cela a sans doute commencer avec la dépravation des perspectives des colonnes grecs jusqu'à Vitruve par ces rectifications légères dont on disait que c'était afin de "remèdier à l'erreur de la vue".
Rassembler et rendre lisible, d'où le plaisir de voir surgir. Voici un programme qui fera florès dans les années 70 d'où un certain plaisir du texte émergera. Roland Barthes s'avance avec la nouvelle critique/anamorphotique Est-ce qu'avec cette métaphore de l'anamorphose Lacan aurait offert un mot qui manquait à tout une époque, où double, rime avec trouble, coupure et évasion, "l'hors d'oeil, l'hors discours". Rendre compte de la division.
Barthes encore, "il n'y a peut-être qu'une seule rhétorique", je pourrais lui forcer ce lapsus, il n'y a peut-être qu'une seule érotique, là où, dit-il ailleurs "le vêtement baille" c'est un peu ce dont il s'agit depuis Freud, c'est ce que Lacan déplira inlassablement.
Celui-ci ramasse la pensée : défile l'histoire de l'architecture puis de la peinture et la combinaison entre les deux. On peut dit-il définir l'architecture comme quelque chose d'organisé autour d'un vide puis pour des raisons économiques, on fait des images de cette architecture et pour que cela y ressemble, on invente la perspective ; on croit entendre l'économie d'une transmission, ce qui ferait fantôme de désirs en désir.
Lacan suggère un autre temps où on s'étrangle avec ses propres noeuds : l'architecture se soumet à des lois de perspectives qui fait d'elle sa propre règle, c à d qui les met à l'intérieur de quelque chose qui a eté fait dans la peinture pour retrouver le vide de la primitive architecture ; on croît entendre ce qu'il en serait d'un symptôme. Le retour baroque a tout ces jeux de la forme (l anamorphose est l'un d'entre eux) fait resurgir quelque chose qui restaure , (une illusion qui se transcende elle-même en montrant qu'elle n'est là qu'en tant que signifiante ) primauté est rendu au langage dans l'ordre des arts ; pour tout dire primauté est rendu à la poèsie .
C'est pourquoi pour aborder la question des rapports de l'art à la sublimation, Lacan repartira des textes de l'amour courtois.
Un élément constitutif de la nouveauté freudienne est que le principe de plaisir s'exerce fondamentalement dans l'ordre de ré-investissement hallucinatoire et est facilité par les représentations de mots.
La première chose que peut faire l'homme démuni lorsqu'il est tourmenté par le besoin est de commencer par halluciner sa satisfaction. Le "nerf diffus du principe de plaisir" est "qu'à chaque fois qu'un état de besoin est suscité, un réinvestissement hallucinatoire de ce qui a été antérieurement hallucination satisfaisante, opère.
Le principe de réalité est une seconde étape.
Par bonheur, se font en même temps les gestes qu'il fallait pour se rapprocher de la zone où l'hallucination coïncide avec un réel approximatif.

Laurence Desprat pour les leçons 11 et 12

Leçon 11

Lacan commence cette leçon en projetant une anamorphose pour illustrer sa pensée.
A partir de l’article d’Ella Sharpe à propos des peintures sur les parois de la caverne d’Altamira ,il interroge le choix de ce lieu : cavité souterraine, difficilement accessible qui entraine une complexité dans le travail d’ éclairage, de prise de vue qu’on suppose en quelque sorte nécessitée par la création sur ces parois d’images saisissantes, sorte d’épreuves subjectives et objectives, de ces premières productions de l’art primitif .
. Épreuve pour l’artiste ,comme une mise à jour d’une certaine possibilité créatrice .
. Épreuve objective ,ayant un rapport avec quelque chose à la fois lié à la subsistance même des populations de chasseurs, mais aussi avec la présence d’un caractère d’un au-delà, du sacré, que nous essayons de fixer par le terme de la Chose.
Les parois, comme un temple , une organisation autour du vide qui serait la place de la Chose que nous voyons ensuite ,nous dit Lacan , sur les parois de ce vide lui-même. La peinture apprend à maitriser ce vide, à le fixer sous la forme de l’illusion de l’espace autour de laquelle va s’organiser l’histoire de la peinture .
Or l’illusion de l’espace est autre chose que la création du vide et c’est ce que représente l’apparitions des anamorphoses à la fin du XVIe siècle. Lacan va faire référence au tableau d’Holbein, Les Ambassadeurs avec la présence du crâne .
Avec l’anamorphose l’artiste retourne l’utilisation de cette illusion de l’espace et la fait entrer dans ce qui est le but primitif d’en faire le support de cette réalité en tant que cachée ; il s’agirait d’ une façon de cerner la Chose dans toute œuvre d’art .
Il critique la position platonicienne qui situerait l’art du côté d’une imitation .Or le but des œuvres d’art n’est pas de représenter ces objets ; elles ne font que feindre de les imiter .Elles font de cet objet autre chose Et l’objet est instauré dans un certain rapport à la chose qu’il est fait pour cerner , pour présentifier/absentifier.à la fois la Chose. Tel le tableau
des pommes de Cézanne ,une façon nouvelle de faire surgir l’objet,au-delà de l’objet même.
Lacan en revient à ce qu’il veut exposer dans cette leçon, à savoir cette forme de sublimation qui s’est créée à un moment de l’histoire de la poésie, l’éros et l’érotisme avec une articulation possible avec l’anamorphose.
En ce qui concerne l’éthique de la psychanalyse Il souligne comment Freud , dans sa recherche sur les origines de la morale, et à partir du mythe œdipien, de Moise et le monothéisme et du Malaise dans la civilisation ,il fait intervenir ce recours structurant, la puissance paternelle ,comme une sublimation comme telle. Cela semble pourtant une impasse dont seule la fonction du mythe avec le meurtre du père ,sorte d’organisation signifiante , permettrait de sortir .
Alors quelle est cette possibilité de sublimation ?
Pour Freud les opérations de la sublimation seraient éthiquement valorisées et l’artiste en auraient des bénéfices secondaires .
Pour Bernfeld, pédagogue et psychanalyste autrichien, cette déviation de la tendance est utilisée au fin du moi .
Il y aurait donc une fonction du poète ;
Lacan va interroger cette fonction poétique à travers l’amour courtois qui s’appuie sur
le principe d’un idéal pour des cercles de cour, de nobles qui vont y participer au principe d’une morale ,d’idéaux de loyauté ,d’exemplarité de la conduite autour ….d’une érotique .
Ceci entre le XIe siècle en France et le XII, voire début du XIII en Allemagne ;
Jeu des troubadours, dans le midi /Occitanie (origine limousine ,) trouvères dans le nord, Minnesanger en Allemagne.
Les cours d’amour avec une juridiction des dames a-t-elle vraiment existé ? Des textes on été retrouvés dans l’ouvrage De arte Armandi d’André le Chapelin concernant entre autre Éléonore d’Aquitaine , épouse d’Henri Plantagenêt futur roi d’Angleterre .
Plusieurs femmes auraient ainsi participé à ses juridictions de casuistique amoureuse ; Les termes de ces textes sont extrêmement précis avec une connotation d’idéal à poursuivre, de conduite typifiée . C’est une Poésie qui se développe en langue vulgaire autour de différents thèmes avec un récurrent qui serait celui du deuil et même un deuil jusqu’à la mort . Une caractéristique de l’amour courtois est d’être une scolastique de l’amour malheureux . nous y trouvons les règles des échanges entre partenaires et pour obtenir les valeurs de la Dame . Dans une période historique où la libération de la femme ne semblait pas d’actualité …et où elle était plutôt un corrélatif des fonctions d’échange social, un support d’un nombre de biens et de signes de puissance . Aucune place n’est laissé à sa personne propre excepté dans le domaine religieux.
C’est donc dans ce contexte que surgit cette fonction du poète de l’amour courtois ,
Le premier des troubadours est Guillaume de Poitiers ,comte de Poitiers, duc d’aquitaine et au passage un fort redoutable bandit ;Mais à partir de certains moments il devient poète de cet amour singulier. Lacan indique quelques lectures pour approfondir cette question de l’amour courtois qui était un exercice poétique, une façon de jouer avec des thèmes idéalisant qui ne pouvaient avoir aucun répondant concrets réel à l’époque où ils fonctionnaient ;
La question de la parenté de l’amour courtois avec une forme mystique ou de source religieuse a été mise de coté rapidement .
Ici l’objet, est la Dame à laquelle le troubadour se voue quel que soit sa position sociale Nobles ou comme Bernard de Ventadour le fils d’un servant du château .
L’inaccessibilité de l’objet est posée là comme principe . Présupposé d’une barrière qui l’entoure, l’isole. Cet objet La Domnei ,souvent appelée » mi dom » mon seigneur donc masculinisé . Cette dame se présente avec des caractères dépersonnalisés ; l’objet féminin dans ce champ poétique est vidé de toute substance réelle .La personne est transformée en une fonction symbolique . (signifiante)
Lacan précise son propos en se référant à ce point central où ce que demande l’homme c’est d’être privé de quelque chose de réel, Cela fait apparaitre une zone de vacuité ; cette vacuole crée au centre du système des signifiants pour autant que cette demande est ce qui est essentiellement lié à cette symbolisation primitive qui est toute entière dans la signification du don d’amour .
Ce que la création de la poésie courtoise tend à faire c’est à situer à la place de la chose et selon le mode de la sublimation qui est celui propre de l’art , cet objet affolant, pour citer Lacan, partenaire inhumain car jamais la dame n’est qualifiée de telle ou telle vertu ;Elle est arbitraire et cruelle dans ses exigences . .Cela se repère bien dans les romans de Chrétien de troyes.
L’anamorphose va ici nous servir, ns dit Lacan à percevoir la fonction narcissique en nous indiquant de quelle fonction du miroir il s’agit.
Le miroir remplit un rôle de limite , qu’on ne peut franchir et rend ainsi l’objet inaccessible. Objet séparé de celui qui se languit de l’atteindre .
Lacan évoque le caractère de détour de la sublimation ,mais qui n’est pas celui dont parle Freud quand il est destiné à satisfaire au principe de réalité ; Il fait apparaître cette vacuole qui entoure l’approche de la Dame, la série des obstacles , les médisants ,le secret( LA Dame n’est nommée que par un terme intermédiaire le Senhal qui sera par exemple « Bon voisin » par G. de Poitiers.) ici le détour en question est celui au travers duquel s’élabore , se projette ce qui se présente comme une certaine transgression du désir
Là apparaît ce que Lacan nomme « la fonction éthique de l’érotisme » avec une technique de la retenue, le plaisir de désirer, valorisant les plaisirs préliminaires avant cet énigmatique Don du merci .
(La genèse de l’instauration idéalisante de l’objet féminin serait dans le texte d’Ovide « L’art d’aimer »)
Pour Lacan , L’amour courtois a été créé à peu près comme ce fantasme que vous voyez surgir au sein de la seringue; il fait ici référence à cette technique de l’anamorphose avec cette forme montante et descendante que prend l’image dans cette sorte de seringue qu’il compare à une sorte d’appareil à prise de sang du Graal en sachant que précisément le sang du Graal est ce qui manque dans le Graal .
IIl finit la leçon sur un poème de Paul Éluard dont le chant poétique souligne cette frontière, cette limite que Lacan tente de nous permettre de localiser et de sentir .


Sur ce ciel délabré, sur ces vitres d’eau douce
Quel visage viendra, coquillage sonore,
Annoncer que la nuit d’amour touche au jour,
Bouche ouverte liée à la bouche fermée ;

Isabelle Pagnon pour  la leçon13

Lacan dans les chapitres précédents, a longuement parlé de la sublimation, des liens avec l’idéalisation. Il évoque les paradoxes de la sublimation et du voile autour de la Chose : en particulier deux points :
• Le voile n’est pas obligatoirement sublime
• Le changement d’objet dans la sublimation ne fait pas forcément disparaitre l’objet sexuel. Celui-ci peut être mis en exergue à travers une œuvre d’art, même au prix d’une transgression de l’interdit.

Afin d’illustrer ces paradoxes, LACAN cite un poème de l’amour courtois d’un troubadour limousin, Arnaut DANIEL, célèbre pour avoir inventé un style poétique basé sur une certaine répétition. Ce poème déclamé en langue occitane est un « hapax » et se singularise des autres œuvres de l’amour courtois, par sa paillardise
Pour rappel, cet art de l’amour courtois comporte des règles précises (idéal de la Dame, inaccessibilité de la Dame en tant qu’objet sexuel, élévation signifiante de l’Amour porté à la Dame). Il implique toute une mesure de comportements qui tournent autour d’une érotique et de relation de service. Arnaut DANIEL pose le problème suivant à des compères poètes, RAYMOND et TRUMALEC. Une dame commande au poète de créer un message destiné à son chevalier afin de formuler une requête sexuelle. C’est un ordre qui doit mettre à l’épreuve la dignité de l’amour du chevalier pour elle. Et cet ordre c’est d’emboucher sa trompette. Le chevalier refuse, mais les autres poètes s’indignent. Comment refuser à la Dame un ordre ?
Arnaut DANIEL feint de prendre le parti du chevalier et raille la soumission de ses compères ; il prend plaisir à brouiller les perspectives .Il nous tend son miroir dans lequel le poète ne pourra qu’être vieux et blanchi avant d’accepter de pareilles requêtes. Son image vieillissante révèle t-elle comme dans une anamorphose, la fonction narcissique derrière l’artifice de la construction courtoise ?

Comme le dit LACAN dans le chap.11 « le miroir annonce une dimension destructrice et agressive de l’exaltation idéale visé dans l’amour courtois ; il remplit également un autre rôle celui de limite ».L’objet doit rester inaccessible, c’est même la seule organisation à laquelle le miroir participe. L’objet n’est pas seulement inaccessible, il doit être séparé de celui qui se languit d’atteindre l’objet, quitte à nous exposer avec crudité et comme par accident, la nature exacte de la trompette.
A ce passage là, LACAN fait allusion à un peintre célèbre.S’agit-il de Gustave COURBET et de son tableau « l’origine du monde » ou d’autres peintres qui ont réalisé des anamorphoses ?"
Dans le poème, le surgissement anatomique fait retentir également plusieurs niveaux de transgression d’interdit.
. Il y a transgression de l’intimité du lecteur mis en position de voyeur, qui est forcé à subir la perception par le poète, du fantasme de la dame.
Il y a transgression de l’intimité féminine réduite à un cloaque qui se vide. Tel l’exemple de la boite d’allumettes de Prévert (dans le chap. 9), la dame est rabaissée à une chose anatomique absurde dont le pouvoir copulatoire à l’instar du tiroir de la boite d’allumettes nous est exhibé. Le cloaque est élevé à la dignité de la Chose, dans un au-delà du principe du plaisir, pour le poète. Lacan nous rappelle la caractéristique de la Chose ; c’est ce qui du réel pâtit du signifiant.
Deuxième caractéristique de la Chose, celle-ci est voilée, de manière inhabituelle, par la trivialité de l’art oratoire du poète adressé au chevalier.

Mais quel est celui ou celle qui a le premier transgressé ? La dame n’a t’elle pas provoqué le poète en sortant de l’idéalisation et de la posture de douceur convenue et en faisant exprimer un besoin sexuel par le troubadour qui transgresse à son tour les règles ?
Autre transgression, la posture du chevalier dont le poète souligne l’absurdité voire le grotesque de sa soumission à l’idéal de la Dame, jusqu’à prendre peur quand celle-ci se dévoile..

Finalement quels sont les messages que nous fait passer le poète ?
Pour sublimer, il faut se rapprocher de la Chose, mais ne pas se confondre avec elle car il y a grand péril comme le souligne le poète
La sublimation permet la séparation d’avec l’image idéalisée de la Dame avec un brusque retournement et aussi avec une dimension de vengeance à la fin du poème qui rappelle en quelque sorte, les bons usages .Le poète est confronté à un dilemme : d’une part, son idéalisation de la Femme et d’autre part ce que la dame lui révèle de son désir. Il doit transgresser son art pour répondre à la commande et abolit ainsi une partie de lui-même et de son art habituellement doux. La sublimation est un carrefour où se conjoignent pulsion sexuelle et pulsion de mort
Le poète pourra t-il retrouver une autre voie sublimatoire d’inspiration, après avoir transformé l’objet en une Chose de manière aussi cruelle ?

Peut-être, s’agit-il d’une forme paradoxale de sublimation, un compromis pervers, à travers l’abaissement de l’autre ; l’abolition du sujet au regard du signifiant qui animait son désir, sous le regard du spectateur ?
Avec d’autres exemples poétiques, LACAN illustre « une sorte de topologie où se placent les phénomènes de la sublimation », un vide central autour de quoi se sublime le désir.
Dans un autre paragraphe du chapitre 13 , nous sommes confrontés après l’élan gaillard du poète, à l ‘ennui d’un catalogue linguistique très obsessionnel. Lacan fait commenter par Mme Hubert un texte de SPERBER qui est un psychologue linguiste de la fin du 19 ème siècle. Cet article. « De l’influence des facteurs sexuels sur l’origine et le développement du langage »se rapporte au problème du langage et à d’autres problèmes voisins à articuler avec la sublimation. Ce texte a fait débat avec la théorie du symbolisme de JONES. La question posée par JONES est la suivante. Peut-on considérer comme un équivalent de l’acte sexuel certains travaux primordiaux, par exemple les travaux agricoles, les rapports de l’homme à la terre ? Certains traits primitifs peuvent ils être rapportés au processus de symbolisation ? JONES réfute cette hypothèse.
Mme Hubert nous prévient que dans cet article, il n’est traité que la genèse du langage articulé, dans une intention de communication. Quels ont été les conditions préalables qui ont fait naître chez un individu sans parole, l’intention de communiquer avec un autre ? SPERBER en énonce six.
1. Premièrement, au moins deux individus participent à la situation
2. Au moins un individu, A, est en état d’affect, ce qui le mène au cri.
3. Certaines forces doivent entrer en jeu pour obliger l’individu B à réagir de façon régulière.
4. La réaction de B doit être souhaitable pour A, sinon A n’aurait aucun intérêt de provoquer la réaction de B par ses cris.
5. La situation doit se produire souvent, et rester la même.
6. La situation doit être simple pour établir un lien causal entre le cri et la réaction.
A la fin de cette énonciation, SPERBER ne retient que deux situations qui remplissent les 6 conditions préalables.
• Celle du nourrisson affamé, qui crie sans intention, et reçoit la nourriture de sa mère.
• La deuxième est le rapport sexuel où l’excitation du mâle se décharge par des sons auxquels la femelle réagit
SPERBER réfute la situation du nouveau-né car celui-ci ne crée pas son langage, il le reçoit des adultes.
Il termine sa démonstration par : il semble que les indices désignent la sexualité comme la racine la plus importante du langage.
D’autres questions suivent :
• Comment expliquer que le langage cherche à désigner des choses qui ont un rapport éloigné ou sans rapport avec la sexualité ?
• Comment les hommes ont créé un vocabulaire ?
Le développement linguistique suit pas à pas le développement culturel avec la formation de liens familiaux, sociaux et l’invention des outils ; Pour SPERBER, le travail des outils est en lien avec l’image de l’acte sexuel. Les tensions du labeur demandaient une décharge semblable à la tension sexuelle et à l’émission de sons .SPERBER illustre son propos par l exemple de différents travaux
• Les travaux agricoles avec les symboles phalliques de la charrue, du bâton, du pilon
• Les travaux qui consistent à couper avec des outils émoussés. Dans différentes langues, SPERBER dit retrouver des termes communs désignant couper avec un outil émoussé et coire .L’outil coupant est l’équivalent du membre viril, le creux obtenu correspondrait au sexe féminin.
• Les travaux de forage que SPERBER illustre par la manière primitive de faire du feu ; deux morceaux de bois sont utilisés dont l’un sert à percer l’autre avec des mouvements rotatifs.
SPERBER pose la question de l’utilité de créer des mots différents selon la spécificité du travail si la tension provoquée par le travail résultant d’une même source, la tension sexuelle.
Il résout ce problème par cette supputation. Celui qui a conçu le premier outil a créé un même mot pour désigner l’outil et le coït. Ce mot fut appris par la génération suivante avant la puberté, puis la signification s’est effacée pour cette génération qui n’a gardé qu’un sens figuratif. Le rapport étroit entre l’invention du langage et celle de l’outil lui semble plus convaincant que celle qui se base sur l’étonnement ou la terreur pour provoquer la première parole.
Il argumente son hypothèse par l’importance de la répétition qui permet de fixer dans la mémoire et de reproduire les premiers cris Cette condition de la répétition est remplie par les sons qui accompagnent le travail et qui ont engendré la parole. On en trouve la trace encore dans les chants qui accompagnent les travaux collectifs.
SPERBER se dit influencé par les travaux de Freud qui a insisté sur le rapport étroit des conquêtes de la civilisation et l’insatisfaction des pulsions sexuelles. Si celles-ci ont joué un rôle important dans le développement spirituel des hommes, SPERBER dit que c’est également vrai pour l’origine du langage. La plupart des sons n’aurait signifié qu’une seule et même chose : l’acte sexuel. Il poursuit sa démonstration par l’étymologie de mots. Des mots à signification sexuelle comme coït ou fout pour désigner le sexe féminin, dans les langues germaniques primitives, ont engendré une dérive de sens, toujours plus éloignés de leur signification primitive.

En conclusion, après le potier, LACAN convoque le trouvère et le linguiste sur la question du vide. Il continue d’élaborer une topologie que le concept de sublimation lui aide à cerner. Après l’articulation de l’insatisfaction de la pulsion sexuelle et de la sublimation dont l’amour courtois est le paradigme, ainsi que les phénomènes d’évidage de l’objet en Chose, il ouvre une réflexion sur la genèse du langage et du façonnage artisanal du signifiant. Comme il est dit précédemment par LACAN, il y a identité entre cette évolution du signifiant à l’image de la chose et cette introduction au réel d’une béance, ce dont le processus de sublimation participe.




---------------------------------------